La bourse ferme dans 3 h 24 min
  • CAC 40

    6 248,56
    +38,01 (+0,61 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 003,26
    +26,85 (+0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 137,31
    +316,01 (+0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,2051
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 785,10
    -8,00 (-0,45 %)
     
  • BTC-EUR

    45 675,48
    -331,60 (-0,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 279,15
    +16,19 (+1,28 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,00
    -0,35 (-0,57 %)
     
  • DAX

    15 266,07
    +70,10 (+0,46 %)
     
  • FTSE 100

    6 898,84
    +3,55 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    13 950,22
    +163,95 (+1,19 %)
     
  • S&P 500

    4 173,42
    +38,48 (+0,93 %)
     
  • Nikkei 225

    29 188,17
    +679,62 (+2,38 %)
     
  • HANG SENG

    28 755,34
    +133,42 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3883
    -0,0049 (-0,35 %)
     

« Le stockage du CO2, c’est bien. La sobriété, c’est encore mieux »

Nathalie Mayer, Journaliste
·2 min de lecture

En octobre 2018, le Groupement intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) exposait les conséquences sur notre Planète d’un réchauffement supérieur à 1,5 °C par rapport à l’ère préindustrielle. Des vagues de chaleur qui se multiplient, des régimes de précipitations bouleversés, des étés sans banquise en Arctique ou encore des tensions accrues sur la ressource en eau et en nourriture. Pour éviter cela, les experts nous préviennent : le monde doit atteindre la « neutralité carbone » en 2050.

La première voie à envisager, c’est la sobriété

« L’effet anthropique sur la teneur en dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère et son impact sur le climat est aujourd’hui reconnu par la communauté scientifique. Mais nous pouvons agir. Et la première voie à envisager, c’est la sobriété », nous rappelle Pierre Toulhoat, récemment retraité de son poste de directeur scientifique du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) et membre de l’Académie des Technologies.

« Nous devons aussi prendre garde à ne pas déporter le problème. En adoptant massivement les véhicules électriques, nous allons émettre moins de CO2 — en France, au moins, où l’on produit une électricité majoritairement décarbonée —, mais consommer plus de métaux, eux aussi fossiles. En dégradant au passage les écosystèmes de la République démocratique du Congo ou des hauts plateaux andins. Nous devons garder à l’esprit que toute production d’énergie a un prix environnemental. »

Ainsi, tous les scénarios envisagés évoquent en plus de la réduction de nos émissions, la mise en œuvre de solutions de captage et de stockage géologique du CO2. Les solutions que les scientifiques appellent solutions CSC et qui sont parfois classées parmi celles de la géoingénierie. L’objectif : neutraliser entre 100 et 1.000 milliards de tonnes de CO2 d’ici 2100 afin de compenser les émissions résiduelles, voire de redescendre sous le seuil des 1,5 °C s’il venait à être franchi.

Capter le CO2, c’est une...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura