La bourse ferme dans 5 h 39 min
  • CAC 40

    6 673,31
    +60,55 (+0,92 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 120,94
    +31,64 (+0,77 %)
     
  • Dow Jones

    34 935,47
    -149,03 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1892
    +0,0017 (+0,14 %)
     
  • Gold future

    1 810,70
    -6,50 (-0,36 %)
     
  • BTC-EUR

    33 266,96
    -2 212,17 (-6,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    963,52
    +13,62 (+1,43 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,11
    -0,84 (-1,14 %)
     
  • DAX

    15 580,96
    +36,57 (+0,24 %)
     
  • FTSE 100

    7 106,76
    +74,46 (+1,06 %)
     
  • Nasdaq

    14 672,68
    -105,62 (-0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 395,26
    -23,89 (-0,54 %)
     
  • Nikkei 225

    27 781,02
    +497,43 (+1,82 %)
     
  • HANG SENG

    26 235,80
    +274,77 (+1,06 %)
     
  • GBP/USD

    1,3911
    +0,0004 (+0,03 %)
     

Stellantis fait un pari à 30 milliards d'euros sur l'électrique

·4 min de lecture
STELLANTIS FAIT UN PARI À 30 MILLIARDS D'EUROS SUR L'ÉLECTRIQUE

par Gilles Guillaume et Giulio Piovaccari

PARIS/MILAN (Reuters) - Stellantis a annoncé jeudi un plan d'investissement de plus de 30 milliards d'euros d'ici 2025 dans le développement de véhicules électriques et les logiciels qui les accompagnent.

Le quatrième constructeur automobile mondial, né en janvier de la fusion entre PSA et Fiat Chrysler, prévoit de soutenir cette stratégie avec cinq "gigafactories" de batteries en Europe - France, Allemagne et maintenant aussi Italie - et en Amérique du Nord, pour rester dans la course à l'électrique dominée actuellement par Tesla et Volkswagen.

"Cette période de transformation constitue une opportunité merveilleuse de mettre les pendules à zéro et de démarrer une nouvelle course", a déclaré le directeur général de Stellantis, Carlos Tavares, au cours d'une téléconférence.

"Le groupe est en vitesse de croisière dans son voyage vers l'électrification."

Mais ce pari ne doit pas se faire aux dépens de la rentabilité qui a fait la réputation de PSA et d'Opel depuis leur redressement récent.

Stellantis vise ainsi une marge opérationnelle courante à deux chiffres d'ici 2026, date à laquelle le coût réel des véhicules électriques - hors aides publiques - devrait être ramené au niveau des véhicules thermiques, et prévoit des synergies en cash annuelles de plus de 5 milliards d'euros en régime stabilisé.

Il compte y parvenir grâce à des économies d'échelle entre ses 14 marques et aux réductions de coûts que permettront ses quatre plateformes dédiées. Le positionnement tarifaire de ses véhicules électrifiés - 45% des ventes dans des versions haut de gamme pour la marque Peugeot - aidera aussi à soutenir la stratégie de transition énergétique du groupe.

Stellantis entend aussi réduire de plus de 40% le coût du pack batteries entre 2020 et 2024, et de 20% supplémentaires d'ici 2030. Il utilisera deux types de technologies batteries d'ici 2024 et introduira la technologie solide d'ici 2026.

OPTIMISME SUR LA MARGE DU S1 MALGRÉ LES PUCES

Le constructeur a également annoncé jeudi qu'il devrait dépasser au premier semestre son objectif annuel de marge, les prix et le mix de ses ventes de véhicules compensant les pertes de volumes liées à la pénurie de semi-conducteurs.

Sa marge opérationnelle courante des six premiers mois de l'année devrait dépasser la fourchette de 5,5% à 7,5% communiquée précédemment pour l'ensemble de l'exercice.

Les pertes de volumes par rapport à la production prévue devraient toutefois se traduire par des free cash flows industriels négatifs. En revanche, précise Stellantis, "un début très prometteur de la mise en oeuvre des synergies (...) devrait contribuer de manière significative à la performance du free cash flow sur l'ensemble de l'exercice."

Les résultats semestriels du groupe seront publiés le 3 août.

D'ici 2025, les véhicules électrifiés - électriques et hybrides - de Stellantis devraient représenter plus de 70% de ses ventes en Europe et plus de 40% aux Etats-Unis à l'horizon 2030. Mais toutes les marques ne vont pas se transformer au même rythme. Abarth deviendra 100% électrique dès 2024 et Opel en Europe à partir de 2028.

Aux Etats-Unis, la marque américaine Dodge lancera symboliquement sa première "muscle car" à batterie d'ici trois ans.

Tous les constructeurs mondiaux accélèrent actuellement leurs stratégies d'électrification en prévision des futurs abaissements des plafonds d'émissions de CO2 et de l'interdiction des moteurs thermiques conventionnels.

La semaine dernière, Renault a annoncé le lancement de 10 nouveaux véhicules électriques et la création d'une première usine de batteries en France pour alimenter ses petites voitures à batteries de nouvelle génération.

"Stellantis semble avoir mis en place assez rapidement une stratégie plateforme unique, assez condensée, de même concernant la modularité au niveau powertrain permettant au groupe de bénéficier au plus vite de l’effet d’échelle", commente Romain Gillet, analyste chez IHS Markit.

Selon lui, les ambitions affichées par le groupe franco-italo-américain le positionnent au niveau de ses concurrents.

General Motors a ainsi annoncé le mois dernier son intention de consacrer un montant équivalent de 35 milliards de dollars d'ici 2025 aux véhicules électriques et autonomes.

En revanche, si Stellantis vise 260 GWh de capacité de production de batteries à l'échelle mondiale, Volkswagen a estimé à 240 GWh ses propres besoins rien que sur le sol européen.

L'action Stellantis a creusé ses pertes après cette présentation et a fini la séance en repli de 3,21% à Paris.

(Reportage Gilles Guillaume, avec Ben Klayman à Detroit, Clement Martinot et Stephen Jewkes à Milan et Heekyong Yang à Séoul, édité par Sophie Louet et Bertrand Boucey)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles