Marchés français ouverture 8 h 34 min
  • Dow Jones

    29 490,89
    +765,38 (+2,66 %)
     
  • Nasdaq

    10 815,43
    +239,82 (+2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    26 215,79
    +278,58 (+1,07 %)
     
  • EUR/USD

    0,9830
    +0,0029 (+0,29 %)
     
  • HANG SENG

    17 079,51
    -143,32 (-0,83 %)
     
  • BTC-EUR

    19 890,99
    +157,44 (+0,80 %)
     
  • CMC Crypto 200

    444,05
    +8,70 (+2,00 %)
     
  • S&P 500

    3 678,43
    +92,81 (+2,59 %)
     

Stellantis : le licenciement d'un salarié annulé par la justice

C’est la fin de plusieurs années de cauchemar pour ce salarié. Depuis les années 1990, ce logisticien travaillait dans l’entreprise, anciennement PSA, jusqu’à ce qu’il parte en mobilité sur le site de Sochaux en 2010, raconte France Bleu Belfort-Montbéliard. Auparavant, il avait déjà travaillé sur plusieurs sites, mais il était convenu avec Stellantis qu’un poste pérenne lui serait réservé à son retour de Sochaux. Problème, lorsqu’il termine sa mission, rien ne lui est proposé. Une méthode et des fausses promesses de l’employeur qu’il va alors dénoncer ardemment.

Alors qu’on lui reproche d’avoir "tenu tête à sa hiérarchie", le salarié explique à nos confrères avoir été "rabaissé, humilié et puni pendant des années", évoquant même les 21 demandes de formation qui lui ont été refusées. Las de cette situation, il décide dans un premier temps de saisir la cellule anti-harcèlement de Stellantis puis l’inspection du travail. Selon lui, il aurait été harcelé depuis 2016 jusqu’à ce qu’il soit admis dans une clinique spécialisée dans les cas de burn out.

À la fin de son traitement, il reçoit une lettre d’entretien préalable à son licenciement, détaille France Bleu. Un acte de trop pour le salarié qui décidé d’attaquer Stellantis aux prud’hommes. Après plusieurs mois de bataille judiciaire, le 21 juin dernier, le géant automobile a été condamné par le conseil des prud’hommes de Montbéliard pour licenciement nul. L’entreprise est même condamnée à verser à l’ancien salarié, reconnu victime (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Gérer la progression future des effectifs, tout un art
Le nombre de pertes d’emploi de nouveau en hausse chez les entrepreneurs
Que faire si mon chef organise un team building auquel je ne veux pas participer ?
Manager les jeunes générations, un défi pour les start-up
Projet de loi travail : ce que contient le texte du gouvernement