Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    -0,0033 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 348,40
    +30,40 (+1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 107,38
    +250,93 (+0,41 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 380,14
    -37,73 (-2,66 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,49
    -0,13 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,32 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2686
    -0,0074 (-0,58 %)
     

Stellantis estime que les moteurs thermiques perdureront jusqu'en 2050

Shutterstock

Alors que les constructeurs se dirigent vers un avenir tout électrique, Christian Müller, le responsable chaîne de traction et châssis pour Stellantis, fait remarquer dans les colonnes de Reuters que de nombreux véhicules thermiques continueront probablement à rouler longtemps après la "révolution électrique".

Ce constat intervient alors que Stellantis annonce d'une collaboration avec la société énergétique Aramco concernant le développement et l'utilisation de carburants de synthétique. Stellantis a récemment commencé à tester la compatibilité de certains e-fuels avec quelques-uns de ses moteurs vendus en Europe avec des résultats plutôt probants. Nous en avons d'ailleurs déjà parlé sur Auto Plus il y a quelques jours.

Stellantis ne compte pas "délaisser" ses clients de modèles thermiques

La R&D autour des carburants de synthèse ne signifie pas que l'entreprise abandonne son plan Dare Forward 2030. L'objectif est de disposer d'une gamme entièrement électrique en Europe d'ici 2030, mais les clients n'abandonneront sûrement pas leurs modèles thermiques en un claquement de doigts.

PUBLICITÉ

"Je pense que 25 % de nos véhicules seront encore utilisés après 20 ans", a déclaré Christian Müller. "Par conséquent, les recherches autour des carburants de synthèse est tout à fait légitime".

Les carburants de synthèse, plus qu'une simple alternative ?

L'utilisation potentielle de carburants synthétiques pour les véhicules thermiques de demain intéresse de plus en plus de constructeurs. Lire la suite sur Autoplus