Marchés français ouverture 6 h 9 min
  • Dow Jones

    30 946,99
    -491,31 (-1,56 %)
     
  • Nasdaq

    11 181,54
    -343,06 (-2,98 %)
     
  • Nikkei 225

    26 824,79
    -224,68 (-0,83 %)
     
  • EUR/USD

    1,0526
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    22 418,97
    +189,47 (+0,85 %)
     
  • BTC-EUR

    19 285,72
    -563,42 (-2,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    439,56
    -10,50 (-2,33 %)
     
  • S&P 500

    3 821,55
    -78,56 (-2,01 %)
     

Stellantis se dissocie de l’ACEA, le lobby des constructeurs européens

Sp/Peugeot

Depuis longtemps, Carlos Tavares déplorait que la voix des constructeurs auto ne soit plus audible, sur la place publique. La fin des moteurs thermiques votée par les eurodéputés est la goutte d’eau qui fait déborder le vase : Stellantis quitte l’ACEA, le lobby des constructeurs.

D’ici la fin de l’année 2022, le groupe Stellantis ne figurera plus parmi les membres de l’Association des Constructeurs européens d’Automobiles (ACEA). Si cette annonce résonne tel un coup de tonnerre dans le petit milieu de l’industrie auto, elle ne causera guère d’émoi, chez le grand public qui ignore à peu près tout des actions que mène ce lobby auprès des instances européennes. C’est pourtant l’ACEA qui rappelle inlassablement à Bruxelles et à Strasbourg que c’est jouer un mauvais tour aux Européens que de les contraindre à passer à la traction électrique, avant la mise en place d’un réseau suffisamment denses de bornes de charge à la fois rapides, fiables et accessibles avec un moyen de paiement universel. Chose qui est loin d’être acquise.

C’est encore que l’ACEA qui tentait de faire valoir l’intérêt de prolonger la carrière des voitures hybrides rechargeables au-delà de 2035, date approuvée le 8 juin dernier par le Parlement européen pour interdire la commercialisation de toute motorisation thermique (qu’elle soit de type essence, Diesel, GPL, gaz ou éthanol). Le gouvernement français s’était rangé derrière cette proposition jugée conciliatrice et constructive, bien relayée il est vrai par la Plateforme automobile et nos constructeurs nationaux, au premier chef desquels on trouvait Stellantis (né en janvier 2021 de l’union entre le Groupe PSA et Fiat Chrysler Automobiles).

Aucun motif officiel n’est fourni par Stellantis pour quitter l’ACEA

Visiblement, l’incapacité de l’ACEA à convaincre les eurodéputés du bien-fondé des véhicules hybrides rechargeables (qui permettent de rouler en électrique durant la semaine, puis de s’affranchir le dimanche d’un réseau de charge embryonnaire) est venue à bout de la patience de Carlos Tavares. Dans un communiqué diffusé hier soir, 13 juin, le patron annonçait son intention de se désolidariser des quinze autres constructeurs membres de l’ACEA et de créer, au sein de Stellantis, un “forum sur la liberté de mouvement".

Li[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles