La bourse ferme dans 6 h 1 min
  • CAC 40

    5 791,15
    +87,93 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 688,67
    +52,23 (+1,44 %)
     
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,63 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2045
    -0,0042 (-0,35 %)
     
  • Gold future

    1 743,80
    +15,00 (+0,87 %)
     
  • BTC-EUR

    39 246,01
    +1 396,17 (+3,69 %)
     
  • CMC Crypto 200

    948,65
    +15,51 (+1,66 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,36
    +0,86 (+1,40 %)
     
  • DAX

    13 938,41
    +152,12 (+1,10 %)
     
  • FTSE 100

    6 594,17
    +110,74 (+1,71 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,95 (+0,56 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    29 663,50
    +697,49 (+2,41 %)
     
  • HANG SENG

    29 452,57
    +472,36 (+1,63 %)
     
  • GBP/USD

    1,3950
    +0,0027 (+0,20 %)
     

Stations de ski : "Ce qui est en train de se passer, c'est la mise à mort de nos montagnes", affirme le maire de La Plagne

franceinfo
·1 min de lecture

La décision de rouvrir ou non les stations de ski doit être prise dans les jours qui viennent. Henri Giscard d’Estaing, le président du Club Med, demande dans une lettre ouverte à Jean Castex une réouverture pour les vacances d'hiver afin de "sauver" la montagne du "désespoir". "Ce qui est en train de se passer, la mise à mort de nos montagnes, il faut être derrière lui", a réagi dimanche 17 janvier sur franceinfo Jean-Luc Boch, maire de La Plagne-Tarentaise (Savoie), président de l’Association nationale des maires des stations de montagne (ANMSM) et président de France montagne.

franceinfo : Êtes-vous d'accord avec cet appel ?

Jean-Luc Boch : À 100%. Henri Giscard d'Estaing est quelqu'un de posé, de sérieux, et partir du moment où il commence à faire savoir à toutes les autorités ce qui est en train de se passer, la mise à mort de nos montagnes, il faut être derrière lui, l'écouter et l'entendre.

Le secteur de la montagne française est-il menacé ?

Oui, complètement. Si nous n'arrivons pas à ouvrir sur la période de février qui représente en général 40% du chiffre d'affaires, cela va avoir des conséquences dramatiques. Même s'il y a des compensations financières, on n'arrivera jamais à compenser la perte qu'il va y avoir. Le (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi