Marchés français ouverture 1 h 37 min
  • Dow Jones

    33 677,27
    -68,13 (-0,20 %)
     
  • Nasdaq

    13 996,10
    +146,10 (+1,05 %)
     
  • Nikkei 225

    29 674,21
    +135,51 (+0,46 %)
     
  • EUR/USD

    1,1966
    +0,0011 (+0,10 %)
     
  • HANG SENG

    28 874,86
    +377,61 (+1,33 %)
     
  • BTC-EUR

    53 853,92
    +2 967,09 (+5,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 390,01
    +96,02 (+7,42 %)
     
  • S&P 500

    4 141,59
    +13,60 (+0,33 %)
     

Cette start-up crée des marques alimentaires pour Uber Eats et Deliveroo

·2 min de lecture

Clément Benoît, 37 ans, a cofondé l’année dernière avec Alexandre Haggai cette start-up qui conçoit des marques alimentaires pour la livraison. Il avait déjà lancé Resto-In et Stuart, revendues à La Poste. Il est l'invité du Club entrepreneurs Challenges - Grant Thornton.

Challenges - Quel est le concept de Not So Dark?

Clément Benoît - Ce sont des dark kitchens – – où nous préparons des plats de marques créées spécifiquement pour les plateformes de livraison à domicile et Uber Eats. Notre marque phare, Como Kitchen, propose des bols méditerranéens, à composer à partir de plusieurs ingrédients. C’est l’une des plus cotées sur Deliveroo et Uber Eats.

Les cuisiniers sont-ils salariés?

Tout le monde est salarié, nous sommes 250. Mais il y a très peu de cuisiniers. La manipulation de nos plats est ultra-limitée. Nous achetons beaucoup de produits semi-finis. Nos cartes sont simples, mais nous sommes intransigeants sur la qualité. Le terme "dark kitchen" fait peur, alors que le niveau d’hygiène et de sécurité alimentaire est du niveau d’un McDonald’s. Nos volumes nous ont permis d’engager des contrôleurs qualité, hygiène...

Quel est l’apport de la tech?

Notre algorithme identifie les tendances culinaires émergentes sur les autres continents, en analysant les plateformes de livraison, les avis Google, Instagram... Ensuite, la tech permet d’étudier la concurrence, notre positionnement prix, produits, et de faire évoluer notre offre. Enfin, elle améliore l’efficacité de nos opérations. Nous faisons de la demande prédictive. Nous savons que telle marque enregistrera un pic de commandes le mardi entre 18 heures et 20 heures. Notre personnel peut donc commencer à préparer les repas lors des heures creuses.

Combien de cuisines avez-vous?

Nous en avons neuf: six à Paris, et trois à Bordeaux, Nice et Barcelone. Nous en ouvrirons 30 supplémentaires cette année, à Lyon, Marseille, ou encore Bruxelles et Madrid. Nous réalisons déjà 1,5 million d’euros de chiffre d’affaires par mois.

Vous avez levé des fonds en février dernier. Pourquoi?

Nous avons levé 20 millions d’euros en "série A" un an seulement après notre lancement. C’est lunaire! Le marché va se saturer rapidement. Il faut prendre le leadership le plus vite possible. Nous avons choisi l[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi