La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 865,90
    -50,40 (-2,63 %)
     
  • BTC-EUR

    21 627,66
    -78,53 (-0,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Starship (SpaceX), Ariane 6, Vulcan: en 2023, la grande bataille des lanceurs spatiaux

SpaceX

Ariane 6, Vulcan Centaur (ULA), et peut-être New Glenn (Blue Origin)… L’année 2023 pourrait voir un nombre record de vols inauguraux de nouveaux lanceurs, destinés à répondre à la domination de SpaceX. Problème: le groupe d’Elon Musk prépare déjà l’étape suivante, avec son lanceur géant Starship.

Dans le secteur spatial, il y a désormais SpaceX et les autres. Le groupe californien a bouclé l’année 2022 avec 61 lancements au compteur, une performance historique, deux fois supérieure à son record de 2021 (31 lancements). La concurrence? Elle apparaît plus que jamais larguée. Arianespace n’a effectué que 5 tirs, dont trois Ariane 5 et deux Vega-C (le dernier se soldant par un échec le 20 décembre). ULA, la coentreprise entre Boeing et Lockheed Martin, a réalisé 8 lancements, dont 1 de Delta IV et 7 d’Atlas 5. Seuls les acteurs chinois soutiennent à peu près la comparaison avec le groupe d’Elon Musk: ils ont réalisé 61 lancements en 2022, dont une cinquantaine avec la gamme de lanceurs Longue Marche.

L’année 2023 sera-t-elle à l’avenant? Fidèle à ses principes, SpaceX continue d’accélérer pied au plancher: le groupe anticipe une centaine de lancements, dont le premier a été effectué le 3 janvier, avec 114 satellites à bord. La nouveauté, c’est que la meute est désormais à ses trousses. Si les délais sont tenus, 2023 devrait voir une impressionnante série de vols inauguraux de nouveaux lanceurs lourds. Le premier tir du Vulcan Centaur d’ULA, qui remplacera les fusées Delta IV et Atlas 5, est prévu avant fin mars 2023. Le vol inaugural d’Ariane 6, très attendu par une Europe qui ne dispose plus de lanceur disponible, est annoncé au dernier trimestre. Blue Origin, le groupe spatial de Jeff Bezos, prépare également le premier vol de son lanceur lourd New Glenn. Celui-ci est prévu à l’horizon 2023-2024. Sur le segment inférieur, c'est aussi l'embouteillage, avec les premiers vols prévu du japonais H3 (Mitsubishi), du mini-lanceur Terran 1 Relativity Space, et celui, déjà effectué (et un échec à la clé) du lanceur RS1 de l'américain ABL.

Quasi monopole de SpaceX

Cette frénésie de nouveaux lanceurs, notamment sur le segment lourds, ne doit rien au hasard. "Tous ces projets sont une réponse à la montée en puissance du Falcon 9 de SpaceX depuis 2012-2013, qui est désorm[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi