Marchés français ouverture 3 h 4 min
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    -9,93 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 606,04
    +59,86 (+0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,2161
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • HANG SENG

    29 454,02
    +62,76 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    26 175,88
    -75,73 (-0,29 %)
     
  • CMC Crypto 200

    640,36
    -6,97 (-1,08 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     

"Star Wars" : l'acteur Dave Prowse, interprète de Dark Vador dans les premiers épisodes de la saga, est mort

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

Il avait incarné le personnage de Dark Vador dans la première trilogie de La Guerre des étoiles entre 1977 et 1983. L'acteur britannique Dave Prowse est mort, samedi 28 novembre, à l'âge de 85 ans, a annoncé son agent, dimanche, sur Facebook.

Cet ancien bodybuilder et haltérophile de 1,98 mètre, ami d'Arnold Schwarzenegger, avait débuté sa carrière par des rôles de méchants et de monstres, dont celui de Frankenstein dans Casino Royale en 1967.

Il avait ensuite été repéré par George Lucas, qui lui avait donné le choix entre les personnages de Chewbacca et Dark Vador pour les premiers épisodes de la saga Star Wars (Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir, Star Wars, épisode V : L'Empire contre-attaque et Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi). "Tout le monde se souvient du méchant", avait répondu David Prowse pour justifier son choix, rapporte The Guardian (en anglais).

Doublé par un sabreur olympique

Comme le fort accent de ce comédien originaire de Bristol avait été jugé peu approprié, la voix du personnage avait été incarnée par l'Américain James Earl Jones – ensuite devenu la voix de Mufasa dans Le Roi Lion et du jingle "This is CNN". Dave Prowse a aussi dû céder son costume à l'escrimeur olympique Bob Anderson pour de nombreuses scènes de sabre. Ce n'est même pas son visage qui est apparu à la mort du personnage dans Le Retour du Jedi, George Lucas lui ayant alors préféré l'acteur (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi