Marchés français ouverture 4 h 57 min
  • Dow Jones

    29 969,52
    +85,73 (+0,29 %)
     
  • Nasdaq

    12 377,18
    +27,82 (+0,23 %)
     
  • Nikkei 225

    26 690,47
    -118,90 (-0,44 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    -0,0003 (-0,0243 %)
     
  • HANG SENG

    26 676,06
    -52,44 (-0,20 %)
     
  • BTC-EUR

    15 872,99
    -142,81 (-0,89 %)
     
  • CMC Crypto 200

    378,32
    +3,91 (+1,04 %)
     
  • S&P 500

    3 666,72
    -2,29 (-0,06 %)
     

Stairwage, l'appli qui facilite les acomptes sur salaire

Par Constance Assor
·1 min de lecture

En France, contrairement à d'autres pays, le salarié doit être capable de subvenir à ses besoins jusqu'au versement du salaire en fin de mois. S'il est possible de demander un acompte, pour accéder aux sommes déjà gagnées au cours du mois, les démarches ? gênantes pour le salarié et contraignantes pour l'entreprise ? en limitent très largement la pratique. Lancée par Yann Le Floc'h, l'application Stairwage mise sur l'automatisation des demandes et l'avance de la trésorerie aux entreprises clientes pour populariser le versement du salaire à la demande. Explications.

Le Point : Courantes dans le monde anglo-saxon, les jeunes pousses qui proposent des avances sur salaire arrivent tout juste en France. Comment expliquer ce retard ?

Yann Le Floc'h : Chez les Anglo-Saxons, les avances sur salaire sont monnaie courante et sont gérées par des établissements proposant des crédits à la consommation associés à des taux d'intérêt qui crèvent tous les plafonds (« payday loan »), uniquement accessibles aux salariés, le plus souvent pour faire face à des imprévus financiers. Ces taux d'intérêt totalement fous ont plongé de nombreux salariés dans la spirale infernale du surendettement.

En France et en Europe, notre philosophie est différente, on estime que le salarié doit être capable de subvenir à ses besoins jusqu'au versement du salaire en fin de mois et le crédit à la consommation est beaucoup moins présent dans notre culture. Les Français ont plus pour habitude d'être à [...] Lire la suite