Marchés français ouverture 6 h 28 min
  • Dow Jones

    33 849,46
    -497,57 (-1,45 %)
     
  • Nasdaq

    11 049,50
    -176,86 (-1,58 %)
     
  • Nikkei 225

    28 046,57
    -116,26 (-0,41 %)
     
  • EUR/USD

    1,0354
    +0,0010 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    17 297,94
    -275,64 (-1,57 %)
     
  • BTC-EUR

    15 641,48
    -166,00 (-1,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    379,58
    -0,71 (-0,19 %)
     
  • S&P 500

    3 963,94
    -62,18 (-1,54 %)
     

Stagnation en vue pour l'économie en France au 4e trimestre

AFP/Archives - Aurore MESENGE

Une note pessimiste de l'Insee prévoit une stagnation de l'économie au dernier trimestre dans un contexte d'inflation accrue et de menaces sur l'énergie.

L'économie française devrait stagner cet automne si les difficultés d'approvisionnement en énergie et l'inflation n'augmentent pas, dans un contexte marqué par de "lourdes menaces" pesant sur la croissance en Europe, estime jeudi l'Insee dans une note de conjoncture. L'Institut national de la statistique a maintenu sa prévision d'une croissance de 2,6% pour l'année 2022, contre 2,7% prévus par le gouvernement. Pour y parvenir, l'Insee prévoit une hausse du produit intérieur brut (PIB) modeste au troisième trimestre (+0,2%, comme annoncé dès septembre), après un second trimestre dynamique (+0,5%), est-il précisé dans la note intitulée "Un automne lourd de menaces pour l'Europe".

Menaces sur la croissance

Mais l'incertitude plane sur les trois derniers mois de l'année en raison d'un "scenario international qui s'assombrit", a déclaré Julien Pouget, chef du département de la conjoncture de l'Insee lors d'une conférence de presse. "Ralentissement du commerce international d'ici la fin de l'année, l'inflation qui reste élevée, des inquiétudes spécifiques à l'Europe sur les approvisionnements énergétiques, un resserrement des politiques monétaires en toile de fond avec une volatilité accrue sur les marchés", a-t-il énuméré pour illustrer les menaces qui pèsent sur la croissance française mais aussi mondiale.

Rebond de l'inflation

La prévision d'une stagnation du PIB français au quatrième trimestre est donc un "scenario intermédiaire" qui inclut "la résilience" de certains indicateurs mais aussi les "craintes associées à d'éventuels arrêts de production" dans l'industrie.

L'inflation, qui avait reculé en septembre à 5,6% sur un an grâce à la remise à la pompe notamment, devrait à nouveau diminuer légèrement en octobre puis "repartirait à la hausse" en novembre avec la fin progressive de la ristourne sur les carburants, pour atteindre 6,4% sur un an en décembre (contre 6,6% prévu précédemment), selon l'Insee. Sur l'année, la prévision d'inflation passe de 5,3% à 5,2%, bien [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi