Marchés français ouverture 1 h 10 min
  • Dow Jones

    33 730,89
    +53,62 (+0,16 %)
     
  • Nasdaq

    13 857,84
    -138,26 (-0,99 %)
     
  • Nikkei 225

    29 622,49
    +1,50 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    28 607,43
    -293,40 (-1,02 %)
     
  • BTC-EUR

    52 681,41
    -983,64 (-1,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 376,32
    +0,54 (+0,04 %)
     
  • S&P 500

    4 124,66
    -16,93 (-0,41 %)
     

Stages, tarifs du gaz, étiquette-énergie… Ce qui change au 1er mars

franceinfo
·1 min de lecture

Franceinfo vous propose un tour d'horizon des principales mesures qui entrent en vigueur en ce début de mois de mars.

A chaque mois son lot de nouveautés. La crise sanitaire, notamment, est accompagnée par une prolongation de la validité des titres-restaurant et des règles d'indemnisation du chômage partiel. Des milliers d'offres de stage vont également être publiées sur une plateforme dédiée et de nouvelles étiquettes vont orner les appareils électroménagers pour indiquer leur consommation d'énergie. Voici ce qui change, et ce qui est prolongé, au lundi 1er mars.

La validité des titres-restaurant prolongée

La validité des titres-restaurant 2020 est prolongée jusqu'au 31 août 2021, alors qu'ils devaient normalement être inutilisables à partir du 1er mars. Cette mesure a été prise il y a quelques semaines par décret, afin notamment "de redonner 700 millions d'euros de pouvoir d'achat aux restaurateurs", selon les mots du ministre de l'Economie, Bruno Le Maire. Ces titres peuvent être utilisés pour les repas à emporter ou les livraisons, et leur utilisation est plafonnée à 38 euros par jour. Les dimanches et jours fériés, ils sont utilisables uniquement dans les restaurants, et non dans la grande distribution.

Les conditions d'indemnisation du chômage partiel prorogées

Rien ne bouge. Mi-février, la ministre du Travail, Elisabeth Borne, avait annoncé la prolongation des conditions d'indemnisation du chômage partiel pour le mois de mars. Les salariés en activité partielle continueront donc de bénéficier de 84% de leur rémunération nette. Les entreprises appartenant aux "secteurs les plus (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi