La bourse ferme dans 6 h 33 min
  • CAC 40

    6 274,93
    -83,81 (-1,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 663,19
    -45,20 (-1,22 %)
     
  • Dow Jones

    31 880,24
    +618,34 (+1,98 %)
     
  • EUR/USD

    1,0708
    +0,0011 (+0,11 %)
     
  • Gold future

    1 857,00
    +9,20 (+0,50 %)
     
  • BTC-EUR

    27 273,42
    -1 264,10 (-4,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    652,46
    -22,42 (-3,32 %)
     
  • Pétrole WTI

    110,10
    -0,19 (-0,17 %)
     
  • DAX

    14 035,36
    -140,04 (-0,99 %)
     
  • FTSE 100

    7 466,53
    -46,91 (-0,62 %)
     
  • Nasdaq

    11 535,27
    +180,66 (+1,59 %)
     
  • S&P 500

    3 973,75
    +72,39 (+1,86 %)
     
  • Nikkei 225

    26 748,14
    -253,38 (-0,94 %)
     
  • HANG SENG

    20 112,10
    -357,96 (-1,75 %)
     
  • GBP/USD

    1,2482
    -0,0106 (-0,84 %)
     

Le Sri Lanka épuise ses ressources

L'île vient de faire défaut sur sa dette. Face au clan au pouvoir, qui a aggravé la dépendance alimentaire et énergétique du pays, la population souffre et manifeste.

Devant une station-service encadrée par l'armée, les nombreux taxis qui poireautent espèrent obtenir de l'essence. De l'autre côté, ce sont des habitants qui font la queue pour obtenir du gaz, dont des femmes, seules, avec cinq lourdes bonbonnes. Faute de carburant, même les centrales électriques ont du mal à tourner. "On ne sait jamais exactement quand on aura de l'électricité, décrit Soffyan Ahmed, patron d'une entreprise de réparation informatique. Si ça continue, je ne pourrai plus payer les salaires."

Sur le grand marché de la ville, quelques habitants tentent de conjurer le sort en achetant des fruits et légumes, dont les prix ont explosé. "Auparavant, on mangeait trois fois par jour, désormais on doit se contenter d'un seul gros repas", raconte une cliente. Une journée dans les rues de Colombo suffit à comprendre l'ampleur des privations auxquelles fait face la population, conséquences de la pire crise économique que le Sri Lanka ait connue, dont l'une des causes principales est l'épuisement des réserves en devises étrangères.

Mardi 12 avril, le pays s'est déclaré en défaut de paiement pour sa . Partout, les habitants manifestent contre le président Gotabaya Rajapaksa et son frère, Premier ministre, tenus pour responsable du désastre. La pandémie, qui a privé de touristes l'île de l'océan Indien, sa principale source de devises, est bien sûr passée par là. Mais le mal remonte à plus loin, selon Umesh Moramudali, économiste à l'université de Colombo. "Elu en 2019, le clan Rajapaksa a procédé à des réductions massives de taxes alors que le pays était déjà très endetté."

Pour compenser, le a inévitablement dû se tourner vers les marchés internationaux. "Plusieurs agences de notation ont dégradé sa note et emprunter est devenu très difficile", ajoute-t-il. Face à des échéances de remboursements de moins en moins tenables, Gotabaya Rajapaksa tente de limiter les importations coûteuses pour économiser. En avril 2021, il décide de convertir le Sri Lanka à l'agricult[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles