La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 570,19
    -52,40 (-0,79 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 130,84
    -39,03 (-0,94 %)
     
  • Dow Jones

    34 584,88
    -166,44 (-0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1732
    -0,0040 (-0,34 %)
     
  • Gold future

    1 753,90
    -2,80 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    41 550,13
    +271,95 (+0,66 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 193,48
    -32,05 (-2,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,96
    -0,65 (-0,90 %)
     
  • DAX

    15 490,17
    -161,58 (-1,03 %)
     
  • FTSE 100

    6 963,64
    -63,84 (-0,91 %)
     
  • Nasdaq

    15 043,97
    -137,96 (-0,91 %)
     
  • S&P 500

    4 432,99
    -40,76 (-0,91 %)
     
  • Nikkei 225

    30 500,05
    +176,71 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    24 920,76
    +252,91 (+1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,3737
    -0,0059 (-0,43 %)
     

Spatial européen: l'inquiétant séparatisme allemand

·2 min de lecture

Le gouvernement allemand soutient un projet de pas de tir en mer du Nord, dédié aux micro-lanceurs et concurrent de celui de Kourou. L’Europe spatiale serait-elle en train d’exploser?

Le séparatisme, version spatiale? L’Allemagne vient d’envoyer un joli scud à l’Europe spatiale en lançant officiellement, lundi 6 septembre, . Lors d’un événement organisé par le BDI, la fédération des industries allemandes, le ministre de l'Économie Peter Altmaier a annoncé que le gouvernement fédéral financerait la moitié de l’étude de faisabilité de cette future plateforme, et qu'il en serait un client essentiel. Le projet, prévu pour 2023, apparaît sacrément ambitieux: le site de lancement consisterait en un navire reconverti en pas de tir spatial pour micro-lanceurs. Le port d’attache serait celui de Bremerhaven, à l’ouest de Hambourg. Le navire pourrait lancer des fusées de 20 à 30 m de hauteur, depuis un site situé à l’extrémité de la zone économique exclusive (ZEE) allemande, à 460 km des terres.

Officiellement, le projet allemand ne se veut pas un concurrent du Centre spatial guyanais (CSG) de Kourou, qui lance actuellement Ariane 5, bientôt , la petite fusée Vega et certains lanceurs russes Soyouz. Les promoteurs du port spatial de la mer du Nord, expliquent que le futur site de lancement serait spécialisé dans les tirs de micro-lanceurs, d’une capacité de 500 à 1.000 kg de charge utile, notamment sur des orbites polaires pour lesquelles la proximité de l'Equateur est plus un handicap qu'un avantage. "La plateforme de lancement renforcerait durablement l'écosystème New Space en Allemagne et en Europe", assure Siegfried Russwurm, président du BDI.

Opération "LaunchGermany"

La concurrence avec le Centre spatial guyanais n’en serait pas moins réelle. Le CSG, site gigantesque qui est loin de manquer de foncier, est tout à fait adapté aux micro-lanceurs. Un site de lancement concurrent en mer du Nord affaiblirait le site guyanais, qui fait actuellement l’objet d’un coûteux plan de modernisation de 759 millions d’euros, financé à 56% par la France, et à 44% par les autres Etats membres de l’Agence spatiale européenne (ESA).

Pourquoi l’Allemagne se lance-t-elle[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles