La bourse est fermée

SpaceX va lancer 60 satellites Starlink à bord d'une fusée déjà utilisée 3 fois

Chisato Goya

La deuxième fusée Falcon Heavy de SpaceX lance le satellite de télécommunications Arabsat-6A à partir du complexe de lancement 39-A de la NASA à Cape Canaveral, Floride, le 11 avril 2019. SpaceX via Flickr

SpaceX s'apprête à lancer ce lundi 11 novembre une deuxième flopée de 60 micro-satellites pour son projet de méga-constellation Starlink, censé fournir à terme un accès internet rapide et bon marché, notamment dans les régions isolées du globe. Les satellites Starlink sont placés en orbite basse et non en orbite géostationnaire contrairement aux offres actuelles. Objectif ? Réduire le temps de latence de 25 à 35 millisecondes, contre 600 millisecondes actuellement proposées.

Ce lancement, qui se fera depuis le site de Cape Canaveral en Floride à 3h51 (heure française), est particulier pour deux raisons, précise le site Cnet.com. La société spatiale fondée par Elon Musk va faire voler une fusée Falcon 9, déjà utilisée par trois fois auparavant — le 25 juillet 2018 pour la mission Iridium 7, le 8 octobre 2018 pour la mission SAOCOM 1-A, ainsi que le 22 février 2019 pour le satellite Nusantara Satu et Beresheet.

De plus, la coiffe, qui protège la charge utile à la pointe de la fusée, a, elle aussi, été utilisée lors de la mission Falcon Heavy d'avril 2019, qui avait mis en orbite le satellite ArabSat 6-A. C'est la première fois que SpaceX pousse aussi loin ses ambitions de recyclage spatial. La réutilisabilité est un argument prôné par SpaceX pour réduire les coûts d'accessibilité à l'espace et ainsi attirer davantage de clients. A terme, le vaisseau Starship et le lanceur Super Heavy que l'entreprise est en train de développer pour concrétiser son projet de colonisation de Mars devraient être "totalement réutilisables", a affirmé Elon Musk, DG et fondateur de SpaceX. 

"Avec la récupération de la coiffe, la Falcon est réutilisable à…

>> LIRE LA SUITE SUR BUSINESS INSIDER

Lire aussi : SpaceX pourrait valoir 120 milliards de dollars si Elon Musk réussissait à lancer sa constellation Starlink

Aussi sur Business Insider