La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2167
    +0,0098 (+0,82 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    48 616,59
    +933,11 (+1,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0098 (+0,70 %)
     

Souverainisme économique: la nouvelle pensée unique

·2 min de lecture

A la lueur de la crise sanitaire, gauche et droite se convertissent plus ou moins sincèrement au souverainisme économique.

Il ferraille contre les Gafa, s'oppose à la fusion entre Veolia et Suez, met son veto au rachat de Carrefour par la firme canadienne Couche-Tard. Ce nouveau champion du souverainisme français ne s'appelle pas ou mais , le ministre de l'Economie, qui a pris, à la faveur de la crise, un virage colbertiste aussi inédit qu'assumé. Renonçant à son projet de privatisation d'Aéroports de Paris (ADP), s'accommodant de l'explosion des cadres budgétaires européens, l'ancien LR assure aujourd'hui avoir pour "objectif stratégique" la souveraineté économique de la France. Une métamorphose spectaculaire pour ce libéral convaincu, qui avait mis un point d'honneur en arrivant à Bercy à ramener la France dans les critères de Maastricht, déchaînant les critiques d'une partie de la gauche et du Rassemblement national.

Aujourd'hui, ils sont peu nombreux à critiquer ce changement de pied. Et pour cause, le souverainisme n'a peut-être jamais eu autant le vent en poupe dans le pays. La crise sanitaire, et ce qu'elle a révélé des fragilités françaises - sur les vaccins, les masques et les respirateurs - a agit comme un détonateur. "Et le souverainisme est devenu le nouveau courant de pensée majoritaire", indique le patron de l'institut Elabe, Bernard Sananès. Dans deux de ses sondages, conduits à six mois d'intervalle en juillet et en février dernier, le basculement de l'opinion française se confirme: seuls 17% des Français estiment que, pour répondre à leurs besoins, "la France doit continuer à faire des échanges avec tous les pays du monde" quand quatre Français sur cinq appellent à davantage de souveraineté économique à l'échelle européenne (39%) ou dans le cadre national (43%).

"Arc républicain"

Ce retournement d'opinion n'a pas échappé aux partis qui ont adapté leurs discours et leurs propositions. Longtemps cantonnées à un champ confidentiel de l'espace politique, allant grossièrement de Jean-Pierre Chevènement à l'ex-numéro deux du FN Florian Philippot, les idées souverainistes c[...]

Lire la suite sur challenges.fr