La bourse ferme dans 2 h 4 min
  • CAC 40

    7 159,48
    -13,50 (-0,19 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 277,97
    +9,69 (+0,23 %)
     
  • Dow Jones

    35 028,65
    -339,82 (-0,96 %)
     
  • EUR/USD

    1,1352
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 846,70
    +3,50 (+0,19 %)
     
  • BTC-EUR

    37 398,39
    -27,01 (-0,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 010,56
    +15,81 (+1,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    86,75
    -0,21 (-0,24 %)
     
  • DAX

    15 842,05
    +32,33 (+0,20 %)
     
  • FTSE 100

    7 573,00
    -16,66 (-0,22 %)
     
  • Nasdaq

    14 340,25
    -166,64 (-1,15 %)
     
  • S&P 500

    4 532,76
    -44,35 (-0,97 %)
     
  • Nikkei 225

    27 772,93
    +305,70 (+1,11 %)
     
  • HANG SENG

    24 952,35
    +824,50 (+3,42 %)
     
  • GBP/USD

    1,3638
    +0,0026 (+0,19 %)
     

Ces Soudanais qui soutiennent le coup d’État

·1 min de lecture
Preuve que la situation est loin d'être stabilisée : des manifestants se sont opposés à la décision du Premier ministre Hamdok de signer un nouvel accord avec l'armée, pendant que d'autres Soudanais estimaient les militaires indispensables à la transition..
Preuve que la situation est loin d'être stabilisée : des manifestants se sont opposés à la décision du Premier ministre Hamdok de signer un nouvel accord avec l'armée, pendant que d'autres Soudanais estimaient les militaires indispensables à la transition..

Le 30 octobre, des centaines de milliers de Soudanais sont descendus dans les rues pour protester contre le coup d?État perpétré cinq jours plus tôt par le chef de l?armée. Certains se contentaient de réclamer le retour du tandem militaro-civil. La plupart exigeaient cependant d?exclure strictement l?armée du pouvoir. Cette seconde position a gagné du terrain au fil des « marches du million », dont la prochaine est fixée au 30 novembre. Et ce, malgré la signature, le 21 novembre, d?un accord entre le général putschiste Abdel Fattah al-Burhane et le Premier ministre Abdallah Hamdok, désormais qualifié de « traître » par bon nombre de pro-démocratie.

L?incompréhension face à l?attitude de Hamdock

« Je comprends la position de Hamdok quand il déclare qu?il veut mettre un terme au bain de sang. Mais, après ce qu?il s?est passé, nous ne pouvons plus faire confiance aux militaires. Depuis le putsch, les forces de l?ordre tuent les manifestants de la même manière que lors du démantèlement du sit-in le 3 juin [au moins 127 personnes avaient été assassinées, NDLR]. Or, nous avons précisément signé un accord avec eux pour faire cesser ces violences », rappelle Sayda Hussein, une membre d?un comité de résistance du sud de Khartoum rencontrée venue participer à la manifestation massive du 25 novembre. Elle fait référence à la charte constitutionnelle censée encadrer la transition démocratique, et amendée par le document tout juste paraphé par le général putschiste et le [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles