Marchés français ouverture 7 h 30 min
  • Dow Jones

    35 719,43
    +492,40 (+1,40 %)
     
  • Nasdaq

    15 686,92
    +461,76 (+3,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 737,97
    +282,37 (+0,99 %)
     
  • EUR/USD

    1,1279
    +0,0006 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    23 983,66
    +634,28 (+2,72 %)
     
  • BTC-EUR

    44 825,57
    -415,78 (-0,92 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 301,84
    -19,44 (-1,47 %)
     
  • S&P 500

    4 686,75
    +95,08 (+2,07 %)
     

Soudan: le gouvernement contourne le blocus de Port-Soudan pour approvisionner le pays

·2 min de lecture

Depuis plus d’un mois, des centaines de manifestants issus de la tribu des Beja continuent de bloquer les routes et les terminaux d’import-export de Port-Soudan. Menés par le chef de tribu Mohammed el-Amin Tirik, les protestataires demandent la démission du gouvernement et la renégociation des accords de paix de Juba qu’ils jugent défavorable. Dans la capitale, de nombreuses boulangeries ont fermé faute de farine. Devant le manque de pain, les écoles ferment plus tôt, renvoyant les élèves à la maison pour qu'ils puissent déjeuner. Le gouvernement, lui, cherche des moyens détournés pour pallier aux pénuries.

Avec notre correspondant à Khartoum, Eliott Brachet

La crise se poursuit dans l’est du Soudan. Port-Soudan, c’est la porte d’entrée du pays. 85% des importations soudanaises transitent par ses installations portuaires. Et si vous bloquez le poumon de l’économie, c’est l’asphyxie.

À l’exception du pétrole en provenance du Soudan du Sud et de certaines cargaisons de médicaments, tout est actuellement bloqué. Les conteneurs s’entassent et après quatre semaines de blocage, les pénuries d’huile, de sucre, de gazole ou de blé se font déjà ressentir.

À écouter : Soudan: la crise dans l'Est entraîne une pénurie de pain à Khartoum

Face à l’urgence, le gouvernement tente de trouver des alternatives. Les importateurs, dont les cargos flottaient au milieu de la mer Rouge, sans solution, ont fini par mettre le cap vers les ports des pays voisins. En Égypte, le port de Aïn Sokhna a vu son trafic de marchandises augmenter de plus de 150% depuis le début de la semaine.

En contournant le blocage au moins pour le blé et le sucre, le gouvernement soudanais espère alléger un peu le poids de la crise. Certaines sources estiment que les pertes s’élèvent à plus de 65 millions de dollars par jour pour une économie déjà exsangue. L’inflation avait pourtant reculé depuis deux mois mais la crise actuelle risque d’avoir des conséquences désastreuses.

Blocages instrumentalisés par les militaires ?

Pour le moment, aucun accord n’a été trouvé avec les contestataires de la tribu des Béja, qui réclament désormais le droit à l’autodétermination. Leur chef, Mohammed al-Tirik, s’est montré ce samedi 16 octobre sarcastique. Il a félicité le gouvernement pour avoir contourner le blocus, et a estimé que l’heure était venue d’accorder l'autonomie à l’est du Soudan.

Pour de nombreux militants pro-gouvernement, les blocages à l’Est sont instrumentalisés par les militaires au pouvoir qui laissent la situation se dégrader. Les généraux tenteraient de faire porter le chapeau au gouvernement civil dans un contexte de tensions exacerbées entre les partenaires de la transition soudanaise, mise en place après la chute d'Omar el-Béchir, trois semaines après une tentative de coup d’État déjouée.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles