La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,71 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 782,10
    +21,40 (+1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    46 720,50
    -3 528,86 (-7,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,13 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,85 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,20 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,24 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

Soudan : le général al-Burhane s’explique sur son coup de force

·1 min de lecture
Le chef de l'armée soudanaise, Abdel Fattah al-Burhan, a tenu une conférence de presse ce 26 octobre 2021 à Khartoum, au lendemain de son coup d'État. 
Le chef de l'armée soudanaise, Abdel Fattah al-Burhan, a tenu une conférence de presse ce 26 octobre 2021 à Khartoum, au lendemain de son coup d'État.

Englué depuis deux ans dans une transition tuée dans l??uf, le Soudan est désormais plongé dans l?inconnu alors que la chute du régime de l?autocrate Omar el-Béchir, en 2019, sous la pression populaire et de l?armée, et la signature d?accords avec les rebelles avaient fait croire à une issue après des décennies de crises.

« Tout le pays était dans l?impasse en raison de rivalités politiques »

Accusé d?avoir « trahi » la révolte de 2019, le général Abdel Fattah al-Burhane, lors d?une conférence de presse fleuve à Khartoum, a défendu son coup de force et l?armée. Il a affirmé avoir dissous les autorités chargées de mener la transition vers un pouvoir civil et des élections, car « certains attaquaient l?armée », « composante essentielle de la transition ». En résumé, l?armée a été forcée d?intervenir pour résoudre une crise politique croissante qui, selon lui, aurait pu conduire à une guerre civile.

« Oui, on a arrêté des ministres et des politiciens, mais pas tous », a-t-il ajouté en affirmant : le Premier ministre renversé Abdallah Hamdok est « chez moi ». Avant d?indiquer que l?homme politique serait libéré « aujourd?hui ou demain », a dit le chef de l?armée lors de sa deuxième apparition publique depuis sa prise du pouvoir.

Mais les propos du nouvel homme fort du Soudan n?ont visiblement pas rassuré.

À LIRE AUSSISoudan : une révolution sous surveillance

Réunion à l?ONU

Le chef de l?ONU, Antonio Guterres, a aussitôt appelé à libérer « immédiatement » le Premier m [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles