Marchés français ouverture 7 h 19 min
  • Dow Jones

    33 919,84
    -50,63 (-0,15 %)
     
  • Nasdaq

    14 746,40
    +32,49 (+0,22 %)
     
  • Nikkei 225

    29 839,71
    -660,34 (-2,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1730
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    24 221,54
    +122,40 (+0,51 %)
     
  • BTC-EUR

    34 587,17
    -2 143,39 (-5,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 016,33
    -47,52 (-4,47 %)
     
  • S&P 500

    4 354,19
    -3,54 (-0,08 %)
     

Soucieuse de ne pas casser la croissance, la BCE devrait maintenir ses soutiens exceptionnels

·1 min de lecture

L'économie européenne rebondit plus fort qu'attendu. La hausse des prix accélère. Pour autant, la Banque centrale européenne va-t-elle commencer à réduire ses soutiens exceptionnels ? La question pourrait être débattue jeudi 9 septembre, mais sans décision avant quelques mois. La croissance s'est réinstallée en zone euro depuis le printemps tandis que l'inflation a atteint 3% en août, pulvérisant au passage l'objectif de 2% de la BCE, grâce aux progrès de la vaccination et la levée des restrictions sanitaires liées à la pandémie de Covid-19.

Soucieux de ne pas casser la croissance, les 25 membres du Conseil des gouverneurs devraient sagement reconduire, à l'issue de leur réunion régulière, la potion anti-crise faite de taux d'intérêt historiquement bas et d'achats massifs de dettes, estiment les observateurs. A défaut de changement de cap, les marchés brûlent de connaître les intentions de la BCE après la prudence manifestée, fin août, par le président de la banque centrale américaine (Fed), Jerome Powell, resté vague sur le calendrier d'un resserrement de la politique monétaire. Comme son homologue outre-Atlantique, l'institution de Francfort abreuvent les économies européennes de liquidités abondantes.

>> A lire aussi - "La Fed et la BCE sont devenues de dangereux pompiers pyromanes, la Bourse risque un krach !”

La BCE a lancé en mars 2020 un plan d'urgence (Pandemic Emergency Purchase Programme, PEPP) gonflé depuis à 1.850 milliards d'euros. Il s'agit de rachats de dette publique (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Paradis fiscaux : les banques européennes n'ont pas réduit leur présence
TotalEnergies signe un énorme contrat à 27 milliards de dollars en Irak
EDF : un agent contaminé lors d'une opération de maintenance dans une centrale nucléaire de l'Ardèche
Boeing : probablement pas de livraisons du 787 avant fin octobre
Le Royaume-Uni sous la menace d'une pénurie de Coca-Cola

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles