La bourse est fermée

Pour sortir de la crise liée au coronavirus, la BCE doit distribuer directement de l'argent aux citoyens

La Présidente de la BCE devrait permettre aux banques centrales nationales de subventionner des secteurs touchés par la crise.

Nous avons été en retard d’une guerre pour lutter contre le coronavirus. Il ne faudrait pas l’être aussi pour lutter contre l’effondrement économique qui s’annonce. La BCE, comme la FED (Banque Centrale américaine), appliquent les vieilles méthodes utilisées en 2008 et en 2011, au moment de la crise des dettes européennes. Elles rachètent massivement des obligations d’État et privées. Christine Lagarde a promis 750 milliards d’euros, s’ajoutant aux mesures précédentes. Au total plus de 1.100 milliards sur l’année. Elle envisage d’aller plus loin, si le besoin s’en fait sentir.

Ces mesures, destinées à renforcer le système bancaire pour lui assurer une plus grande capacité de financement de l’économie, sont nécessaires, mais certainement plus suffisantes. Il faut, au contraire, que les banques centrales, BCE en tête, donnent directement de l’argent, sous forme de subventions non remboursables, aux acteurs de l’économie réelle, pour compenser les dégâts causés par la crise. C’est l’image de « l’Helicopter Money ». La banque centrale jette des tombereaux de billets, depuis un hélicoptère, le souffle des pales les répandant équitablement. Ainsi aux Etats-Unis, Donald Trump envisage de verser 1.000 dollars à chaque Américain. Un groupe de sénateurs propose, lui, un montant de 2.000 dollars, pouvant être porté à 4.500 d’ici à la fin de l’année.

Lire la suite