La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,72 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 782,10
    +21,40 (+1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    42 842,01
    -1 016,92 (-2,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,12 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,83 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,17 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,21 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

Sondages de l'Elysée: prison ferme requise contre Claude Guéant

·2 min de lecture

Claude Guéant, l'ancien secrétaire général de la présidence, est jugé pour "favoritisme" et "détournement de fonds publics par négligence".

Au procès des sondages de l'Elysée, l'accusation a requis mardi 9 novembre un an de prison dont six mois ferme contre l'ancien secrétaire général de la présidence . Des peines allant de l'amende à un an ferme ont été requises pour quatre autres anciens proches de . Le procès s'achève mercredi, avec les plaidoiries de la défense, et la décision devrait être mise en délibéré.

Condamné pour favoritisme

Ces cinq ex-membres du cercle rapproché de l'ancien chef de l'Etat doivent s'expliquer au tribunal de Paris sur des millions d'euros dépensés en conseil politique et en entre 2007 et 2012. Bras droit de l'ancien président, Claude Guéant a eu un "rôle central dans les infractions", a estimé le Parquet national financier (PNF), requérant sa condamnation pour "favoritisme" et "détournement de fonds publics par négligence", avec en plus 10 000 euros d'amende.

Depuis le 18 octobre, cinq ex-membres du cercle rapproché de l'ancien chef de l'Etat doivent s'expliquer à la barre du tribunal de Paris sur des millions d'euros dépensés en conseil politique et en sondages pour la présidence entre 2007 et 2012. Au cours d'un réquisitoire de près de trois heures, le parquet national financier (PNF) a fait valoir que ces contrats, attribués sans publicité ni appel d'offres, devaient être sanctionnés comme du favoritisme au plus haut sommet de l'Etat. "Le code des marchés publics doit s'appliquer sur l'ensemble du territoire français, y compris au 55 rue du Faubourg Saint-Honoré", l'adresse du "Château", a souligné le procureur financier François-Xavier Dulin.`

Le ministère public a par ailleurs requis deux ans d'emprisonnement dont un an ferme et 100 000 euros d'amende contre Patrick Buisson, ainsi que 550 000 euros d'amende contre ses deux sociétés, Publifact et Publi-Opinion. L'ex-conseiller de Nicolas Sarkozy a "généré des profits en s'affranchissant de la réglementation en vigueur, ou pire, en détournant des fonds publics", ont estimé les magistrats. Le procès s'achève mercredi, ave[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles