La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 226,92
    +327,58 (+0,94 %)
     
  • Nasdaq

    15 806,88
    +315,22 (+2,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,92
    -467,70 (-1,63 %)
     
  • EUR/USD

    1,1270
    -0,0050 (-0,44 %)
     
  • HANG SENG

    23 852,24
    -228,28 (-0,95 %)
     
  • BTC-EUR

    52 142,87
    +3 840,46 (+7,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 468,61
    +39,67 (+2,78 %)
     
  • S&P 500

    4 667,39
    +72,77 (+1,58 %)
     

Sondages de l’Élysée : Nicolas Sarkozy ne se rendra pas au procès

·1 min de lecture
Nicolas Sarkozy ne participera pas aux audiences de son procès concernant les sondages de l’lysée, prévues entre le 18 octobre et le 12 novembre.
Nicolas Sarkozy ne participera pas aux audiences de son procès concernant les sondages de l’lysée, prévues entre le 18 octobre et le 12 novembre.

EXCLUSIF. Nicolas Sarkozy a indiqué qu'il ne participerait pas aux audiences, qui sont prévues entre le 18 octobre et le 12 novembre.

Dans l'affaire des sondages de l'Élysée, l'ancien président Nicolas Sarkozy a fait savoir, dans une longue lettre adressée par l'intermédiaire de son avocat, Me Thierry Herzog, au président de la 32e chambre du tribunal correctionnel de Paris, que Le Point a pu lire en exclusivité, qu'il ne déférera pas à la citation en qualité de témoin qui lui a été délivrée à la requête de l'association Anticor. Le procès doit avoir lieu du 18 octobre au 12 novembre 2021 devant la 32e chambre correctionnelle, du lundi au jeudi.

Alors que Nicolas Sarkozy était encore président, l'Élysée est soupçonné d'avoir passé plusieurs commandes irrégulières pour la fourniture de sondages, en dépensant plusieurs millions d'euros de fonds publics. Entre 2007 et 2009, la présidence de la République aurait ainsi commandé 264 études d'opinion pour un montant de 6,35 millions d'euros.

Nicolas Sarkozy protégé par l'immunité présidentielle

La justice a enquêté sur l'irrégularité des commandes de sondages et sur les marchés conclus notamment avec des sociétés de deux anciens conseillers de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson (Publifact et Publi-Opinion) et Pierre Giacometti (Giacometti & Peron devenue No Com). Le chef de l'État ne pouvait pas être visé par les juges, car l'affaire s'était déroulée dans le cadre de son mandat et qu'il était alors protégé par l'immunité présidentielle. Une immunité qui lui a permis de refuser de se rendre à la convocation du juge en 2016.

À LIRE AUSSIAffaire Bygmali [...] Lire la suite

VIDÉO - Nicolas Sarkozy s'en prend à Nicolas Hulot : "Un grand humoriste"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles