La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 973,01
    +180,34 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 869,79
    +89,26 (+0,60 %)
     
  • Nikkei 225

    27 728,12
    +144,04 (+0,52 %)
     
  • EUR/USD

    1,1840
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    26 204,69
    -221,86 (-0,84 %)
     
  • BTC-EUR

    33 901,16
    +362,09 (+1,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    992,72
    +16,83 (+1,72 %)
     
  • S&P 500

    4 417,97
    +15,31 (+0,35 %)
     

Sondage Ifop : Les Français peu préoccupés par les élections régionales

·2 min de lecture

Pour Paris Match, l'Ifop interroge tous les mois les Français pour connaître les thèmes au cœur de leurs conversations. Cette année, la part de sondés ayant discuté des élections régionales est la plus basse depuis le début de l'enquête.

Depuis que Paris Match publie le Tableau de bord de l'Ifop, jamais les élections régionales n'avaient suscité aussi peu d'intérêt que cette année. Chaque mois depuis 2003, l'institut interroge un échantillon de Français en testant différents faits d'actualité pour identifier ceux qui ont occupé les conversations des sondés. La question a ainsi été posée avant chaque scrutin régional depuis 2004. En 2021, seuls 31% des sondés ont indiqué avoir abordé ce sujet de conversation.

Loading...

«On voit bien que le déclin ne date pas de cette année», commente Jérôme Fourquet, directeur du Département Opinion et Stratégies d'Entreprise de l'Ifop. En 2015, déjà, les attentats du 13-novembre avaient monopolisé les discussions. «De plus, la création des nouvelles région a pu, au niveau local, susciter un désintérêt, avec des électeurs qui avaient le sentiment que ça n’était plus leur région», ajoute Jérôme Fourquet. Mais le désintérêt vient de loin : «Une partie de nos concitoyens se détournent de la politique, parce qu’ils estiment que les alternances successives n’ont pas transformé leur vie quotidienne ou parce qu’ils ont le sentiment que les politiques n’ont plus les manettes.»

La victoire d'Emmanuel Macron en 2017 a encore accéléré la transformation du paysage politique. Jérôme Fourquet estime que «les régionales ne sont plus le point d’étape du quinquennat». «Longtemps, leur résultat a été analysé par les commentateurs et une partie des électeurs à l’aune de la gifle qu’il représentait pour le parti au pouvoir. Ce mécanisme est faussé, car La République en marche n’a pas de candidats sortants», souligne-t-il.

"Dans l’opinion, le sentiment que la présidentielle est la seule élection vraiment décisive est la présidentielle(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles