La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 894,59
    -151,65 (-0,50 %)
     
  • Nasdaq

    12 105,21
    +68,43 (+0,57 %)
     
  • Nikkei 225

    26 296,86
    +131,27 (+0,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,1922
    +0,0026 (+0,21 %)
     
  • HANG SENG

    26 669,75
    +81,55 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    15 880,14
    -123,59 (-0,77 %)
     
  • CMC Crypto 200

    374,78
    +4,26 (+1,15 %)
     
  • S&P 500

    3 632,45
    -2,96 (-0,08 %)
     

Sonacos et le Crédit agricole du Maroc lancent le paiement des achats des intrants par mobile

La Tribune Afrique
·1 min de lecture

Dans le but de faciliter le règlement des achats des intrants agricoles effectués par les agriculteurs auprès des Centres Régionaux de la SONACOS, le Crédit Agricole du Maroc (CAM) dont le PDG est Tariq Sijilmassi, et la Sonacos, la société d'Etat chargée de l'approvisionnement du pays en semences et autres intrants, ont développé un service de paiement digital à travers l'application mobile  «Imtiazat-e».

Ce partenariat s'inscrit dans le cadre de l'engagement, ferme et volontariste, du Crédit Agricole du Maroc dans l'accompagnement de « Génération Green », pour laquelle la banque a mis en place un dispositif complet d'envergure apportant des solutions innovantes à l'ensemble des composantes de la nouvelle stratégie. « Il confirme également la volonté du CAM de servir au mieux les agriculteurs et les ruraux en leur facilitant l'accès aux services bancaires et en assurant l'inclusion financière des populations les plus éloignées grâce, notamment, aux opportunités offertes par la digitalisation », explique la banque marocaine dans un communiqué.

Cette démarche du CAM vient renforcer les efforts entrepris par le ministère marocain de l'Agriculture pour la transformation digitale et la modernisation du secteur agricole, notamment dans le cadre de la nouvelle stratégie «Génération Green 2020-2030».

Pour sa part, la Sonacos compte, à travers cette modalité de paiement, faire bénéficier l'agriculteur d'une meilleure sécurité et commodité de paiement des achats effectués auprès de ses centres régionaux sans avoir à se soucier de (...) Lire la suite sur La Tribune.fr