Marchés français ouverture 8 h 7 min
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    29 642,69
    +21,70 (+0,07 %)
     
  • EUR/USD

    1,1972
    -0,0011 (-0,10 %)
     
  • HANG SENG

    28 793,14
    -107,69 (-0,37 %)
     
  • BTC-EUR

    52 921,48
    +95,88 (+0,18 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 397,85
    +16,90 (+1,22 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     

Sommet virtuel des Vingt-Sept: le retour en grâce du passeport vaccinal

·3 min de lecture

Rouvrir les activités et aussi les frontières, préparer la saison estivale en rétablissant la libre circulation entre pays d’Europe, c’est une grande partie de la préoccupation actuelle des Vingt-Sept. Réunis pour leur réunion désormais mensuelle en visioconférence, ils ont débattu de l’opportunité d’un passeport vaccinal pour franchir les frontières. Paris et Berlin fixent les mois d’été comme horizon pour y parvenir, mais d’autres pays veulent accélérer le pas.

Avec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

Les Européens parlent désormais de certificats sanitaires. C’est l’expression qui remplace celle du passeport vaccinal préconisé par les pays les plus dépendants du tourisme. Les positions des Ving-Sept divergent. D’une part, parce que pour l’instant l’immunité procurée par le vaccin n’est pas prouvée à long terme. D’autre part, parce que tout le monde ne sera pas vacciné de sitôt, selon le président français, et que la mesure deviendrait donc injuste.

Emmanuel Macron refuse que le certificat sanitaire devienne une condition pour pouvoir franchir les frontières européennes : « Il y a évidemment entre pays européens des questions éthiques, des questions juridiques à régler et en particulier cette même question pour notre jeunesse, parce que ce certificat de vaccination ne doit pas être, si je puis dire, une condition. Ça doit nous aider à organiser des libres mouvements. Moi, je n'accepterai pas un système où en quelque sorte on conditionne l'accès à tel ou tel pays à un tel certificat. Nos jeunes n'auront pas été vaccinés fin juin-début juillet. On ne va pas leur dire : "Vous ne pouvez pas circuler d'une région à une autre en aucun cas, parce que vous n'avez pas un certificat de vaccination". »

L’Allemagne est tout aussi sceptique que la France, mais les Européens ont tout de même chargé la Commission de commencer à préparer les certificats sanitaires. Ils pourraient être prêts d’ici trois mois. Les pays touristiques comme Chypre ou la Grèce ne sont plus les seuls à les préconiser, puisque par exemple le Danemark, la Bulgarie ou l’Autriche y sont désormais favorables.

► À lire aussi : L'idée d'un passeport vaccinal divise en France et en Europe

Berlin a commencé les préparatifs

La chancelière allemande, Angela Merkel, a confirmé à l'issue de la réunion que Berlin a déjà commencé les préparatifs pour un tel certificat.

« Tout le monde est d’accord pour dire que nous en avons besoin. La Commission européenne s’est chargée des préparatifs techniques. Il faut créer une plate-forme commune pour que tous les passeports de vaccination nationaux soient compatibles au niveau européen. La Commission européenne aura besoin d’environ trois mois pour développer les bases techniques. Nous, en Allemagne, nous avons décidé de développer un tel certificat. Je pense que tous les pays membres auront leur propre passeport. Dans chaque pays, ce document comportera les mêmes informations. Ceci devrait permettre de voyager à l’intérieur de l’Union européenne. Ensuite, il faut voir s’il sera également possible de faciliter l’entrée dans l’Union européenne depuis des pays tiers. Mais tous ont souligné aujourd’hui que ce passeport n’est pas encore d’actualité, vu que si peu de nos citoyens sont déjà vaccinés. Mais nous devons nous préparer. »