Marchés français ouverture 5 h 19 min
  • Dow Jones

    34 137,31
    +316,01 (+0,93 %)
     
  • Nasdaq

    13 950,22
    +163,95 (+1,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 959,22
    +450,67 (+1,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,2045
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    28 716,98
    +95,06 (+0,33 %)
     
  • BTC-EUR

    45 131,88
    -2 003,30 (-4,25 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 257,05
    -5,91 (-0,47 %)
     
  • S&P 500

    4 173,42
    +38,48 (+0,93 %)
     

Sommet des start-up: en direct de la Silicon Valley, pas de science sans conscience

·2 min de lecture

SOMMET DES START-UP - Luc Julia, Laurence Fabre, Tony Bates et Pascale Diaine, quatre acteurs et observateurs privilégiés de la Silicon Valley, montrent quelles sont les pistes de l’innovation mondiale et comment cette innovation souhaite désormais s’inscrire dans une démarche éthique.

Mais où est donc l’épicentre de l’innovation mondiale ? Réunis par Challenges , quatre spécialistes installés dans la Silicon Valley apportent leur témoignage de ce qui se passe de l’autre côté de l’océan. Et d’abord un constat, la Silicon Valley est toujours dynamique. Tony Bates, britannique, ouvre le débat en racontant comment il a d’abord travaillé pour une université à Londres, puis à Amsterdam et pour Cisco. Mais il trouvait que ça manquait de vision. En 1996, John Chambers, lui demande de venir aux Etats-Unis. Il attendait ce moment avec impatience. Sans diplôme, il doit batailler pour obtenir un visa. Et enfin, il s’installe dans la Silicon Valley. Il devient directeur général de Skype puis rejoint Genesys. Pour lui, aucun doute, la reste l’épicentre de l’innovation. "Ici, nous avons des amis, nous luttons et la compétition est féroce mais nous nous construisons sur les succès les uns des autres. Le transistor, le microprocesseur, les puces ont été inventées par des entreprises en concurrence mais ce sont leurs inventions ont fait le succès de tous. Il ne faut pas être nostalgique, c’est toujours le cas aujourd’hui."

Un état d'esprit

Même son de cloche chez Luc Julia, vice-président de l’innovation de Samsung Electronics, installé dans la Silicon Valley depuis des décennies : "C’est une compétition amicale, une coopétition. Mais ce que nous partageons c’est avant tout un état d’esprit." Et c’est ce qui fait la magie de la Silicon Valley, si difficile a reproduire ailleurs : un état d’esprit. Les gens arrivent de partout et apportent leur talent. Ils pensent parfois qu’ils vont venir et rentrer au bout de quelques années. Mais même s’ils le font, ils ne peuvent pas recopier l’esprit de la Silicon Valley.

Pascale Diaine est partenaire à Strom Ventures un fonds d’investissement américain installé dans la Silicon Valley. Elle est spécialisée dans les investissements précoces des start-up logicielles et plus particulièrement dans le domaine du logiciel en tant [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi