Marchés français ouverture 8 h 43 min

Sommet de l'Economie: Piketty justifie sa hausse massive d'impôts pour les plus fortunés

Il a fait le show. Ouvrant le 6e Sommet de l’Economie de Challenges, a captivé la salle du Palais de Tokyo, à Paris, avec une présentation très dense de son dernier livre Capital et Idéologie, déjà vendu à 100.000 exemplaires. Face à un parterre de grands patrons, il a déroulé, en alignant moult graphiques, son fil rouge historique, qui le conduit à proposer une hausse d’impôts massive sur les plus fortunés pour corriger le très fort accroissement des inégalités. Sans agressivité, ni moralisme. Juste avec une pointe d’humour lorsqu’il a vu les fleurons du CAC 40, partenaires du Sommet de l’Economie, s’afficher sur l’écran : "Qu’ils ne s’inquiètent pas je ne leur demanderai pas de me rembourser mon ticket de métro."

Lire aussi

Un taux d’impôt élevé à l'américaine

Point clé de son livre : "La structure des inégalités a toujours été politique et idéologique", a lâché le chercheur de l’Ecole d’Economie de Paris. On pense que les choses sont intangibles. Ce n’est pas vrai". Dans sa fresque historique, qui remonte aux sociétés esclavagistes, Piketty admet que les inégalités ont beaucoup baissé au 20e siècle (entre 1910 et 1980), notamment sur la détention de patrimoine. "J’ai écrit un livre optimiste", souligne-t-il. Explications : la montée d’un Etat social, notamment en Europe, a fait grimper les prélèvements et les dépenses publiques, notamment dans l’éducation (de 0,5 % du PIB au 19e siècle à 6 % en Europe après la Deuxième Guerre mondiale). Avec des taux de prélèvements très élevés sur les hauts revenus, jusqu’à 90 % aux Etats-Unis : "Cela n’a pas détruit le capitalisme", a-t-il martelé.

Autre leçon de l’Histoire: au sortir de la Deuxième Guerre mondiale, les Etats ont absorbé leur énorme dette publique (jusqu’à 300 % du PIB) par des moyens assez radicaux. Et de rappeler que l’Allemagne a mis en place, à l’époque, un prélèvement sur les fortunes immobilières pour apurer son endettement. Pour Piketty, si l’on avait exigé un remboursement classi[...]

Lire la suite sur challenges.fr