La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 568,82
    +87,23 (+1,35 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 109,10
    +50,05 (+1,23 %)
     
  • Dow Jones

    35 061,55
    +238,20 (+0,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,1770
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    1 802,10
    -3,30 (-0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    28 601,11
    +590,00 (+2,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    786,33
    -7,40 (-0,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,17
    +0,26 (+0,36 %)
     
  • DAX

    15 669,29
    +154,75 (+1,00 %)
     
  • FTSE 100

    7 027,58
    +59,28 (+0,85 %)
     
  • Nasdaq

    14 836,99
    +152,39 (+1,04 %)
     
  • S&P 500

    4 411,79
    +44,31 (+1,01 %)
     
  • Nikkei 225

    27 548,00
    +159,80 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    27 321,98
    -401,86 (-1,45 %)
     
  • GBP/USD

    1,3754
    -0,0013 (-0,10 %)
     

Sommet de l’Otan: la Turquie, sous le feu des critiques, assume ses positions

·2 min de lecture

Le chef de l’État turc Recep Tayyip Erdogan participe ce lundi 14 juin au sommet des dirigeants de l’Otan à Bruxelles, où il doit notamment s’entretenir en privé avec son homologue américain Joe Biden et le président français Emmanuel Macron. La Turquie, qui fêtera l’an prochain les 70 ans de son appartenance à l’Alliance atlantique, est sous le feu des critiques, des membres l’accusant de manquer de loyauté, voire de nuire à l’Otan. Ankara, pour sa part, revendique à la fois son ancrage dans l’alliance occidentale et une politique étrangère indépendante.

Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

Depuis environ cinq ans, certains choix de la Turquie provoquent le doute, voire le malaise, au sein de l’Otan. Quand elle achète à la Russie un système de défense tout en le sachant incompatible avec ceux de l’Alliance atlantique, quand elle lance des offensives dans le nord de la Syrie, quand ses bateaux confrontent des navires grecs en Méditerranée orientale, ou français au large des côtes libyennes, des États membres comme la France ou les États-Unis l’accusent de ne pas se comporter en allié.

► À lire aussi :«L’Otan est aussi une alliance qui réunit autour de valeurs communes, dont la première est la démocratie»

Les autorités d’Ankara soutiennent au contraire que leur pays demeure un pilier de l’Otan sur son flanc sud et que loin de nuire à l’Alliance au profit de la Russie, la Turquie serait en fait la seule à contenir les ambitions russes en Syrie, en Libye ou ailleurs.

Le problème, c’est que la Turquie se sent à la fois menacée et enhardie par l’affaiblissement ou l’instabilité chronique de ses voisins du Moyen-Orient – Iran, Irak, Syrie… –, au moment où les États-Unis se désengagent de la région. Elle veut donc jouer sur tous les tableaux pour préserver et maximiser ses intérêts. Mais cette prétention à l’indépendance, qui soutient par ailleurs tout un discours électoral en interne, s’accommode mal des logiques d’Alliance. Et cela ne semble pas près de changer.

► À écouter aussi : Sommet de l'OTAN à Bruxelles: États-Unis, Turquie, Russie, Chine, menu copieux au programme

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles