La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 068,59
    -125,57 (-1,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 229,56
    -70,05 (-1,63 %)
     
  • Dow Jones

    34 265,37
    -450,02 (-1,30 %)
     
  • EUR/USD

    1,1355
    +0,0037 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 836,10
    -6,50 (-0,35 %)
     
  • BTC-EUR

    32 162,18
    -3 351,86 (-9,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    870,86
    +628,18 (+258,85 %)
     
  • Pétrole WTI

    86,29
    -0,61 (-0,70 %)
     
  • DAX

    15 603,88
    -308,45 (-1,94 %)
     
  • FTSE 100

    7 494,13
    -90,88 (-1,20 %)
     
  • Nasdaq

    13 768,92
    -385,10 (-2,72 %)
     
  • S&P 500

    4 397,94
    -84,79 (-1,89 %)
     
  • Nikkei 225

    27 522,26
    -250,67 (-0,90 %)
     
  • HANG SENG

    24 965,55
    +13,20 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,3546
    -0,0055 (-0,40 %)
     

Sommet de l'économie: "Quand les pollueurs seront payeurs, les comportements changeront"

·2 min de lecture

SOMMET DE L'ECONOMIE – Lors du 8ème Sommet de l’Economie organisé par Challenges, l'asphyxie des villes à cause de la pollution a été abordée alors que de nombreux urbains sont tentés de quitter les grandes métropoles.

A l’heure de la crise sanitaire et écologique, l’avenir des villes est au cœur des débats politiques. Des débats souvent passionnés quand il s’agit de supprimer des voies de circulation aux automobilistes pour les ouvrir aux cyclistes et aux autres mobilités douces. En effet, comme le rappelle Robert Dambo, de Grant Thornton lors du , "les villes concentrent 70% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde alors qu’elles n’occupent que 2% de la surface de la terre". Une pollution qui provient essentiellement du chauffage des bâtiments et des moteurs de voitures, avec la diffusion des particules fines et les qui dérèglent le climat.

Il est donc urgent de traiter le problème des villes avec, à la clé, d’énormes opportunités économiques pour les industriels comme . Ainsi, selon son PDG, Antoine Frérot, "il existe des solutions dès lors que l’on se donne tous les moyens institutionnels, techniques et politiques pour y parvenir". Cela passe par exemple par l’utilisation de la biomasse pour chauffer les bâtiments ou de plastiques recyclés pour produire des bouteilles.

Accepter le principe du pollueur payeur

De même, Pierre-André de Chalendar, le président de Saint-Gobain rappelle que dans le secteur du bâtiment, les industriels savent construire des bâtiments passifs grâce à une isolation performante et un chauffage résiduel décarboné. "Pour la mobilité, c’est plus compliqué, dit-il. On connaît les solutions mais ce n’est pas donné." Rebondissant sur la performance des bâtiments, Méka Brunel, la directrice générale de Gecina, la première foncière de bureaux en Europe et d'immobilier résidentiel à Paris avec un patrimoine de 20 milliards d'euros, suggère plus de sobriété: "il faut construire des bâtiments moins luxueux et pompeux, avec leurs halls immenses, mais plus agréables et accueillants".

Pour que les villes cessent d’être asphyxiées, il faut accepter que vivre plus proprement coûte un peu plus cher. Voilà un principe qui fait l’unanimité. Or pour l’instan[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles