Publicité
Marchés français ouverture 5 h 34 min
  • Dow Jones

    39 872,99
    +66,22 (+0,17 %)
     
  • Nasdaq

    16 832,62
    +37,75 (+0,22 %)
     
  • Nikkei 225

    38 687,67
    -259,26 (-0,67 %)
     
  • EUR/USD

    1,0861
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    19 220,62
    -415,60 (-2,12 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 596,03
    -590,30 (-0,91 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 523,66
    +35,11 (+2,36 %)
     
  • S&P 500

    5 321,41
    +13,28 (+0,25 %)
     

Sommet du G7 : Volodymyr Zelensky enchaîne les réunion bilatérales

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a enchaîné les réunions bilatérales à son arrivée samedi au sommet du G7 à Hiroshima (Japon), dont les dirigeants ont aussi appelé la Chine à "faire pression sur la Russie pour qu'elle cesse son agression" contre l'Ukraine.

M. Zelensky, qui a atterri à Hiroshima en début d'après-midi à bord d'un avion de la République française, a immédiatement estimé sur Twitter que la paix serait "plus proche" à la suite de ce sommet, après avoir décroché la veille le feu vert américain à une livraison future d'avions de combat américains F-16, qu'il réclamait depuis longtemps à ses alliés occidentaux.

Le président ukrainien tente d'élargir le cercle des soutiens de son pays envahi il y a quinze mois par Moscou : dès son arrivée au G7, il a rencontré le Premier ministre britannique Rishi Sunak, la cheffe du gouvernement italien Giorgia Meloni, puis le Premier ministre indien Narendra Modi, dont le pays a jusqu'à présent refusé de condamner l'agression russe en Ukraine.

PUBLICITÉ

Sa présence à Hiroshima "peut changer la donne" pour Kyiv, a lancé le président français Emmanuel Macron à propos de M. Zelensky, avant une rencontre entre les deux chefs d'Etat, car c'est une "occasion unique" pour lui d'échanger non seulement avec tous ses soutiens au G7, mais aussi de tenter de rallier d'autres pays invités au sommet, tels que l'Inde et le Brésil.

M. Modi a d'ailleurs déjà assuré à M. Zelensky que l'Inde ferait "tout son possible" pour régler le conflit russo-ukrainien.

M. Zelensky doit aussi s'entretenir avec le président américain Joe Biden et le Premier ministre japonais Fumio Kishida.

Le dirigeant ukrainien est arrivé d'Arabie saoudite, où il a plaidé vendredi la cause de l'Ukraine au sommet de la Ligue arabe devant "certains" pays qui, selon lui, "ferment les yeux" sur le conflit.

A Hiroshima, ville ravagée par une bombe atomique américaine en 1945, les dirigeants du G7 ont aussi appelé samedi la Chine à "faire pression sur la Russie pour qu'elle cesse son agression" contre l'Ukraine et "retire immédiatement, totalement et sans conditions ses troupes", alors que Pékin reste un allié proche de Moscou et n'a jamais condamné l'invasion russe.

Décision "historique"

Washington avait fait savoir vendredi que M. Biden, surmontant ses réticences, était prêt à autoriser d'autres pays à fournir à Kyiv les avions de combat qu'il réclame, des F-16 de fabrication américaine. Une décision "historique", a salué M. Zelensky.

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, a aussi confirmé que les Etats-Unis soutenaient désormais une initiative commune de leurs alliés pour former des pilotes ukrainiens. Pendant ces longs mois d'entraînement, les Occidentaux décideront du calendrier de livraison des avions, de leur nombre ainsi que des pays qui les fourniront.

Le Royaume-Uni s'est dit prêt à travailler avec ses alliés pour "apporter à l'Ukraine la capacité aérienne de combat dont elle a besoin", et Emmanuel Macron s'était aussi dit prêt lundi à apporter aux pilotes ukrainiens une formation, dont les contours doivent encore être précisés.

Alors que son pays prépare une contre-offensive d'envergure contre Moscou, Volodymyr Zelensky vient de rentrer d'une tournée en Europe où il avait encore demandé ces chasseurs.

Mais jusqu'ici, les Occidentaux, Etats-Unis en tête, résistaient à ces demandes, invoquant les risques d'escalade du conflit, et affirmant qu'il ne s'agissait pas d'une priorité.

M. Sullivan a assuré que la doctrine américaine n'avait "pas changé". La livraison d'armes "a suivi les exigences du conflit", a-t-il plaidé, estimant que les F-16 faisaient partie des équipements dont Kyiv aura besoin "à l'avenir" pour "être en mesure de dissuader et de se défendre contre toute agression russe".