La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 733,69
    +47,52 (+0,71 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 188,81
    +33,08 (+0,80 %)
     
  • Dow Jones

    35 569,14
    -33,94 (-0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1635
    +0,0004 (+0,03 %)
     
  • Gold future

    1 786,50
    +4,60 (+0,26 %)
     
  • BTC-EUR

    52 263,90
    -2 231,60 (-4,10 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 447,40
    -55,64 (-3,70 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,72
    +0,22 (+0,27 %)
     
  • DAX

    15 542,98
    +70,42 (+0,46 %)
     
  • FTSE 100

    7 204,55
    +14,25 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    15 049,77
    -165,93 (-1,09 %)
     
  • S&P 500

    4 530,16
    -19,62 (-0,43 %)
     
  • Nikkei 225

    28 804,85
    +96,27 (+0,34 %)
     
  • HANG SENG

    26 126,93
    +109,40 (+0,42 %)
     
  • GBP/USD

    1,3743
    -0,0052 (-0,38 %)
     

Les solutions pour lutter contre le travail des enfants

·2 min de lecture

Les sanctions adoptées par des pays en développement pour endiguer ce fléau qui touche 166 millions de mineurs sont contre-productives. La pauvreté étant la cause à combattre.

Mauvaise nouvelle: après avoir diminué pendant une quinzaine d’années, le nombre d’enfants travaillant dans les usines, les fermes et les mines des pays pauvres est remonté à environ 166 millions. Cette tendance s’observait avant la crise sanitaire, depuis la situation a empirée. , près de 10 millions d’enfants supplémentaires pourraient être concernés d’ici à la fin 2022. Dans les pays en développement, certains gouvernements réagissent en durcissant les sanctions contre les entreprises faisant appel à une main-d’œuvre mineure. Mais aussi contre les parents qui obligent leur progéniture à travailler dès le plus jeune âge.

Les pays riches, eux, jouent de leur position d’acheteurs. Comme les Etats-Unis en 2019 en interdisant l’importation du tabac du Malawi parce qu’une partie de la récolte était assurée par des enfants. Washington a également envisagé de cesser d’acheter du cacao à la Côte d’Ivoire pour la même raison. Il est difficile de désavouer de telles mesures, mais elles font parfois plus de mal que de bien. Telle l’application rigoureuse de la loi dans les pays pauvres : les trafiquants d’enfants méritent la prison, mais force est de constater que la plupart des enfants qui travaillent n’ont pas été enlevés et réduits en esclavage, ils aident leur famille à exploiter une petite ferme ou une barque de pêche. Les interdictions d’importation décrétées par les pays riches peuvent même avoir pour effet d’aggraver la pauvreté dans les pays visés, alors que c’est la raison même pour laquelle les parents gardent leurs enfants à la maison pour travailler.

Lire aussi

Faire reculer la misère

Au lieu de se focaliser sur les symptômes, le monde riche devrait adopter des politiques susceptibles de faire reculer la misère. Cela prendra du temps, mais en attendant, beaucoup peut être accompli. Les dispositifs permettant aux parents de toucher des sommes modestes afin de maintenir leurs enfants à l’école ont fait la preuve de leur réussite. Les études montrent qu’ils réduise[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles