Marchés français ouverture 8 h 2 min
  • Dow Jones

    33 919,84
    -50,63 (-0,15 %)
     
  • Nasdaq

    14 746,40
    +32,49 (+0,22 %)
     
  • Nikkei 225

    29 839,71
    -660,34 (-2,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1733
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    24 221,54
    +122,40 (+0,51 %)
     
  • BTC-EUR

    34 791,38
    -2 220,80 (-6,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 016,33
    -47,52 (-4,47 %)
     
  • S&P 500

    4 354,19
    -3,54 (-0,08 %)
     

Solidarity Plus: la course mondiale dans la recherche d'un traitement contre le Covid-19

·2 min de lecture

Pour lutter contre le coronavirus, les traitements restent une arme essentielle. Après avoir essuyé plusieurs déconvenues, les équipes de recherches du monde entier restent mobilisées pour trouver la molécule pour soigner le Covid-19. Une union sacrée qui a paradoxalement montré les limites d'une "Europe de la recherche".

"Je pense qu’il est très important que dans le cas de pandémie comme celle du , il y ait une collaboration entre les pays. Et ce, pour plusieurs raisons, explique le professeur Yazdan Yazdanpanah, infectiologue et directeur d’études à l’Inserm, la première étant de pouvoir répondre beaucoup plus rapidement". On estime en effet que le temps consacré à la recherche pour un médicament est en moyenne... de 10 ans. Une durée nécessaire pour recruter les patients, réaliser les trois phases de l’essai clinique, puis obtenir les autorisations de mise sur le marché.

Lire aussi

Huit mois versus 10 ans

Dans le cas du Covid-19, l’essai européen Discovery,, a publié ses résultats huit mois plus tard dans le New England Journal of Medecine. Cela a été rendu possible par une mise en commun des données qui permet des résultats plus rapides mais également plus fiables, grâce au grand nombre de patients de cet essai, lui-même inclus dans l’essai mondial de l’OMS Solidarity. "L’échelle européenne, et l’échelle mondiale a fortiori, permettent aussi d’avoir un échantillon de patients plus hétérogène : de quoi comprendre pourquoi un médicament semble marcher ailleurs et pas ici", ajoute le Pr Yazdanpanah.

L’essai Solidarity/Discovery avait permis de démontrer que ni l’hydroxychloroquine, ni lopinavir, ni l’interféron beta-1, n’avaient d’effet sur l’amélioration des patients hospitalisés pour Covid-19 sévère. Autrement dit, il a été l'occasion d'éliminer de faux candidats, pas d'identifier des traitements pertinents. Mais l’OMS ne baisse pas les bras. Elle va tester trois nouveaux traitements, qui pourraient être efficaces contre le Covid-19 - l’artésunate, l’imatinib et l’infliximab - dans . Trois médicaments dits de repositionnement car déjà utilisés pour traiter d’autres maladies comme le paludisme ou la maladie de Crohn.

La France ne participe pas à l'essai Solidarity Plus de l'OMS

Si l’essai Discovery, mise en place par l’Inserm, été inclus dans Solidarity, il ne l’est plus dans Soli[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles