La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 877,70
    -53,10 (-2,75 %)
     
  • BTC-EUR

    21 609,62
    -84,06 (-0,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Solidarité: revoir le système éducatif plutôt que colmater les brèches

EDITORIAL - Sans notre système redistributif et les amortisseurs sociaux, plus de 30% des Français vivraient sous le seuil de pauvreté. Mais pour la réduire vraiment, l'Etat doit s'attaquer à fortifier le marché de l'emploi et à réparer l'école pour soigner la société plus que la panser.

On ne peut pas dire que l'Etat français n'est pas solidaire envers les plus démunis et les plus fragiles. La puissance publique a consacré, en 2020, 30,4 milliards d'euros de dépenses aux minima sociaux (RSA, minimum vieillesse, handicap…) - un niveau plus élevé que la plupart de ses voisins européens -, auxquels on pourrait ajouter les 10 milliards de prime d'activité, allouée aux travailleurs modestes, et les 20 milliards d'aides au logement, ciblées sur les faibles revenus.

Le taux de pauvreté en France inférieur à l'Allemagne et au Royaume-Uni

En tout, près de 7 millions de personnes bénéficient de ces prestations de solidarité. Une redistribution plutôt efficace pour contenir l'exclusion sociale: le taux de pauvreté en France (le pourcentage de la population dont le revenu est inférieur à 50% du revenu médian) est contenu à 8,4%, contre 9,8% pour l'Allemagne, 12,4% pour le Royaume-Uni, 14,2% pour l'Italie en 2021 selon l'OCDE.

Sans ces aides, plus de 30% des Français vivraient sous le seuil de pauvreté. Cela permet aussi de limiter les inégalités: avant redistribution, les 10% de personnes les plus pauvres disposent d'un niveau de vie annuel moyen de 4.030 euros vs 79.030 euros pour les 10% les plus aisées, soit 19,6 fois plus. Après redistribution, ce rapport est réduit à 5,5. Mais le modèle redistributif français a un coût: le poids des dépenses publiques freine les gains de productivité d'une économie.

Trop de personnes n'ont pas accès à un revenu stable

Surtout, s'il panse la pauvreté, il ne la soigne pas. La redistribution pallie les dysfonctionnements de notre marché du travail. La proportion de la population en âge de travailler occupant un emploi reste trop faible en France (68%, contre 75% à 78% en Allemagne, au Royaume-Uni), ce qui veut dire que nombre de personnes n'ont pas accès à un revenu stable. Et la forte désindustrialisation a fait reculer les "bons" emplois des classes moyennes, alors que se sont développés des emplois précaires et mal payé[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi