La bourse est fermée
  • Dow Jones

    32 781,54
    -51,00 (-0,16 %)
     
  • Nasdaq

    12 485,46
    -159,00 (-1,26 %)
     
  • Nikkei 225

    27 999,96
    -249,28 (-0,88 %)
     
  • EUR/USD

    1,0219
    +0,0024 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    20 003,44
    -42,33 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    22 581,73
    -997,46 (-4,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    536,18
    -21,17 (-3,80 %)
     
  • S&P 500

    4 121,63
    -18,43 (-0,45 %)
     

De la soie pour remplacer les microplastiques

Dans l’eau, dans l’air et dans les sols. Et même dans notre sang. Les microplastiques sont désormais partout. Ils polluent les écosystèmes et représentent un risque pour notre santé. Ils sont issus de la dégradation de nos déchets plastiques. Nos emballages, nos bouteilles. Mais pas seulement. Parce que les microplastiques entrent aussi directement dans la composition de peintures, de cosmétiques, de détergents ou de produits chimiques utilisés dans l’agriculture. Pas moins de 50.000 tonnes par an, rien que sur notre continent, selon l’Agence européenne des produits chimiques.

Pour quelle raison ? Parce que les microplastiques protègent efficacement certains ingrédients actifs contre la dégradation par l’air ou l’humidité. Ils permettent de libérer lentement lesdits ingrédients au moment opportun. Et de diminuer ainsi les effets néfastes de ces ingrédients actifs sur l’environnement. Malheureusement, les microplastiques utilisés, eux, se retrouvent dans l’environnement qu’ils étaient censés protéger. Ils y restent même. Longtemps. Toujours selon l’Agence européenne des produits chimiques, ils représenteraient 10 à 15 % de la quantité totale des microplastiques dans notre environnement.

« Il n’y a pas de solution unique au problème des microplastiques. C’est pour cent après pour cent que nous résoudrons le problème de cette pollution. Nous avons choisi de travailler sur la problématique de ces microplastiques-là en particulier », souligne Benedetto Marelli, chercheur, dans un communiqué du Massachusetts Institute of Technology (MIT, États-Unis). Avec son équipe, il propose aujourd’hui une solution à base… de soie.

La soie est reconnue comme pouvant être utilisée sans danger dans l’alimentation ou à des fins médicales. Elle n’est pas toxique. Elle se dégrade naturellement. © vororn, Adobe Stock
La soie est reconnue comme pouvant être utilisée sans danger dans l’alimentation ou à des fins médicales. Elle n’est pas toxique. Elle se dégrade naturellement. © vororn, Adobe Stock

Un procédé simple

Les chercheurs montrent en effet que pour ce type d’applications, des cocons de vers à soie de qualité non textiles peuvent largement...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles