La bourse est fermée

Soft Work réinvente l'espace de travail... avec un canapé

Management : Qu'est-ce qui vous a inspiré ce mobilier de bureau iconoclaste ?

Jay Osgerby et Edward Barber : Depuis une dizaine d'années, nous observons partout dans le monde une mutation dans les façons de travailler. Que l'on soit dans un hall d'hôtel, dans un aéroport, dans un café ou même dans un parc, on croise des gens qui bossent sur leur ordinateur portable, leur smartphone ou leur tablette. De la même façon, les entreprises deviennent des lieux ouverts où les visiteurs externes peuvent se câbler, organiser des réunions ou se détendre. Même si le télétravail a la cote, les salariés ne veulent pas rester seuls chez eux. On les croise à l'extérieur avec ce besoin de se sentir alone together, proches les uns des autres. autres. Si la technologie permet au travail de s'affranchir d'un lieu déterminé, le mobilier proposé dans ces espaces pluriels, y compris ceux de coworking, n'est pas approprié.

Avec Soft Work, vous centrez le poste de travail sur un canapé. Pourquoi ?

Nous avons eu un déclic en 2013 quand nous avons travaillé l’architecture du lobby de l'hôtel Ace à Londres. Nous avons remarqué que les fauteuils moelleux prévus pour se relaxer servaient aussi de postes de travail informels. Pas très confortables, parce qu'on y est un peu trop avachi et qu'on y tient son ordinateur portable en équilibre sur ses genoux. De là est venue l'idée de proposer un sofa dynamique offrant le confort d'une chaise de travail, avec une assise plus haute pour se lever plus facilement, et une table dépliante pour y poser son matériel de travail. Mais Soft Work est bien plus qu'un canapé. C'est une plateforme modulaire dont on modifie la configuration en cinq minutes selon que l'on veut travailler au calme ou en équipe. On peut y ajouter ou y soustraire des tables et des panneaux d'isolation. On y branche ses équipements informatiques grâce à des prises électriques et des stations de recharge intégrées.

>> A lire aussi - Travail : mon bureau peut-il être un havre de paix ?

Dans quel

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Boeing 737 MAX : pas de remboursement de billets pour Ryanair
Marseille : l'adjoint au patrimoine condamné pour la location d'un logement insalubre
Avec 26 millions de dollars, cet enfant de huit ans est le Youtubeur le mieux rémunéré au monde
Qu'est-ce que Nord Stream 2, le gazoduc qui divise l'Europe, la Russie et les Etats-Unis ?
Cecotec : encore un rival au Monsieur Cuisine Connect et au Thermomix