La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 290,72
    +78,32 (+0,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Société générale: Frédéric Oudéa, le gestionnaire de crises

Le dirigeant, qui détient le record de longévité à la tête d’une banque européenne, a navigué l’établissement de crise en crise, depuis qu’il a frôlé la faillite en 2008.

La guerre en Ukraine aura eu raison de sa longévité. , directeur général de la Société générale, a fait savoir , lorsque le sien arriverait à échéance. Il s’agit d’une décision “prise avec humilité, beaucoup d'émotion mais aussi beaucoup de sérénité personnelle”, a-t-il déclaré lors de l’assemblée générale du groupe, soulignant avoir “beaucoup réfléchi aux différentes options envisageables”.

Lire aussi

Jusqu’à cette annonce, la possibilité du départ prochain d’Oudéa avait toujours été balayée de la main par l’intéressé lui-même et sa garde rapprochée. Le caractère inattendu, voire précipité, de cette annonce semble indiquer que aient joué un rôle.

Frédéric Oudéa a en effet , face aux pressions internationales et dans la crainte d’une nationalisation de son actif par la Russie. L’opération s'est faite très vite et au rabais au profit de l’oligarque russe Vladimir Potanine, industriel et financier proche de Poutine. La "SocGen" a provisionné près de 3,1 milliards d’euros pour faire face à cette perte. Ce fut la goutte de trop, bien que la décision ait été sage. La Société générale a perdu près d’un tiers de sa valorisation boursière depuis le début du conflit.

"Damage control"

Frédéric Oudéa détient malgré tout un record de longévité en Europe. Il est le seul dirigeant de la finance qui a conservé sa place depuis la crise des subprimes. Il a pris les rênes en 2008 d’une banque bouleversée par l’affaire Kerviel, au bord de la faillite après que le trader a fait disparaître près de 5 milliards d’euros. Cette banque au bord de la banqueroute, durablement traumatisée, il l'a dirigée avec une politique de "damage control", naviguant de tempête en tempête.

Catapulté à la direction générale, l'ex-directeur financier de 45 ans met alors en place une série de plans de rationalisation et repositionne la stratégie du groupe pour lui dessiner un profil de risque plus équilibré, moins dépendant de la volatilité des marchés. En quinze ans, cette transformation à marche forcée a ét[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles