La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 570,19
    -52,40 (-0,79 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 130,22
    -39,65 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    34 539,19
    -212,13 (-0,61 %)
     
  • EUR/USD

    1,1738
    -0,0033 (-0,28 %)
     
  • Gold future

    1 755,50
    -1,20 (-0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    40 520,92
    -692,73 (-1,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 206,19
    -19,35 (-1,58 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,63
    -0,98 (-1,35 %)
     
  • DAX

    15 490,17
    -161,58 (-1,03 %)
     
  • FTSE 100

    6 944,02
    -83,46 (-1,19 %)
     
  • Nasdaq

    15 015,21
    -166,71 (-1,10 %)
     
  • S&P 500

    4 436,23
    -37,52 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    30 500,05
    +176,71 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    24 920,76
    +252,91 (+1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,3749
    -0,0048 (-0,35 %)
     

La société chinoise CCPC joue un rôle central dans le commerce du pétrole en Iran et au Venezuela

·2 min de lecture
LA SOCIÉTÉ CHINOISE CCPC JOUE UN RÔLE CENTRAL DANS LE COMMERCE DU PÉTROLE EN IRAN ET AU VENEZUELA

par Jonathan Saul, Chen Aizhu et Marianna Parraga

LONDRES/SINGAPOUR/MEXCIO (Reuters) - Une société de logistique chinoise est devenue un acteur central dans l'approvisionnement en pétrole en provenance d'Iran et du Venezuela, même après avoir été sur la liste noire de Washington il y a deux ans pour avoir manipulé du brut iranien, ont déclaré à Reuters sept sources au fait du dossier.

Le rôle de China Concord Petroleum Co (CCPC) et son expansion dans le commerce avec le Venezuela, n'ont pas été signalés auparavant et soulignent les limites du système de restrictions mis en place par Washington, disent les analystes.

Les détails des transactions ont été décrits à Reuters par plusieurs personnes, dont une source basée en Chine, des responsables iraniens et une source travaillant pour la société pétrolière publique vénézuélienne PDVSA.

CCPC s'est impliquée dans le commerce du pétrole vénézuélien cette année par le biais d'accords avec de petites raffineries chinoises indépendantes connues sous le nom de "teapots", selon plusieurs documents.

La société enregistrée à Hong Kong est rapidement devenue un partenaire important de Caracas, affrétant en avril et mai des navires transportant plus de 20% des exportations totales de pétrole du Venezuela au cours de cette période, soit près de 445 millions de dollars de brut, selon les documents de PDVSA et les données de suivi des pétroliers. CCPC n'a affrété aucun navire transportant du pétrole vénézuélien en juin, selon les documents.

De nombreuses raffineries dans le monde, y compris des acteurs publics en Chine, ont cessé d'acheter du brut en provenance d'Iran et du Venezuela après l'imposition de sanctions par les Etats-Unis, réduisant ainsi leurs exportations de millions de barils par jour et leurs revenus de plusieurs milliards de dollars.

Dépendants des revenus pétroliers pour faire fonctionner leurs pays, Téhéran et Caracas se sont depuis engagés dans un jeu du chat et de la souris avec Washington pour continuer à exporter du brut, en utilisant de nombreuses techniques pour éviter la détection, y compris les transferts de navire à navire, les sociétés écrans et les intermédiaires qui opèrent en dehors de la sphère financière américaine.

Au cours de l'année écoulée, CCPC a acquis au moins 14 pétroliers pour transporter du pétrole en provenance d'Iran ou du Venezuela vers la Chine, ont déclaré deux des sources.

(avec la Rédaction de Pékin, Parisa Hafezi à Dubai et Daphne Psaledakis à Washington; version française Camille Raynaud)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles