Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 167,50
    -20,99 (-0,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 064,14
    -8,31 (-0,16 %)
     
  • Dow Jones

    40 003,59
    +134,21 (+0,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,0872
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    2 419,80
    +34,30 (+1,44 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 687,06
    +229,27 (+0,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 372,80
    -1,05 (-0,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,00
    +0,77 (+0,97 %)
     
  • DAX

    18 704,42
    -34,39 (-0,18 %)
     
  • FTSE 100

    8 420,26
    -18,39 (-0,22 %)
     
  • Nasdaq

    16 685,97
    -12,35 (-0,07 %)
     
  • S&P 500

    5 303,27
    +6,17 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    38 787,38
    -132,88 (-0,34 %)
     
  • HANG SENG

    19 553,61
    +177,08 (+0,91 %)
     
  • GBP/USD

    1,2706
    +0,0035 (+0,28 %)
     

Sobriété et discrétion: le prochain TGV dévoile sa nouvelle robe

Le TGV M présenté à l'usine Alstom de Belfort, lundi 29 avril 2024 (FREDERICK FLORIN)
Le TGV M présenté à l'usine Alstom de Belfort, lundi 29 avril 2024 (FREDERICK FLORIN)

Un train à l'esthétique sobre, tout de blanc vêtu, à l'opposé de l'orange tapageur des premiers modèles: SNCF Voyageurs a présenté lundi la livrée qui habillera les futures rames du TGV M, ce "train du futur" attendu pour le second semestre 2025.

Il était orange dans les années 1980, puis gris argenté avant de devenir gris et bleu sur l'axe Atlantique ou encore blanc, gris et rouge pour les actuels TGV Inoui... Il sera désormais presque tout blanc, avec des touches de rouge pour le logo et les portes, afin de rappeler l'esthétique des Inoui.

"Il a vraiment une gueule, ce train", s'est exclamé le PDG de SNCF Voyageurs en dévoilant lundi cette nouvelle esthétique à Belfort, où Alstom fabrique les motrices de ce nouvel engin attendu avec impatience par la SNCF pour répondre à l'augmentation de la demande de voyages.

PUBLICITÉ

"Ce TGV M, c'est notre actif stratégique" alors que les trains se remplissent de plus en plus vite faute d'offre, a insisté Christophe Fanichet. Ils doivent aussi permettre à la SNCF d'"affronter la concurrence sur nos rails en France", a-t-il complété.

Le groupe ferroviaire public a déboursé 3,5 milliards d'euros pour acheter 115 rames de ce train offrant plus de sièges et moins gourmand en énergie que les TGV actuels, et qui seront livrées petit à petit en 2025 et 2026, puis au rythme de 12 par an à partir de 2027.

- Retard -

Dans les ateliers Alstom de Belfort, quelque 800 salariés fabriquent les voitures motrices au rythme d'un exemplaire tous les quatre mois. La construction des 115 motrices devrait prendre une dizaine d'années selon Alstom, qui a déjà un an de retard puisque les premières rames étaient attendues pour les Jeux olympiques.

Les premières seront lancées sur l'axe sud-est, là où la concurrence s'est déjà implantée avec Trenitalia mais aussi l'arrivée prochaine des espagnols de Renfe.

Le choix de la couleur claire répond aux impératifs du changement climatique, a souligné Christophe Fanichet puisqu'elle "permet en cas de forte chaleur de réduire la climatisation".

"L'orange était le symbole de la prouesse technologique et de la performance. Le blanc, c'est l'harmonisation entre le train et le paysage", a esquissé le patron de la compagnie ferroviaire.

"Il y a une volonté de s'inscrire dans le temps, de tracer une ligne claire dans le paysage", a expliqué la directrice du design des TGV, Isabelle Le Saux.

- Baisse des prix -

Un peu trop banal et froid ce nouveau look? "Sur un petit train régional ça aurait peut-être été plus coloré mais ce n'est pas le même esprit", explique la designeuse en chef. Elle le promet, l'intérieur sera plus coloré que dans les rames actuelles. Il ne sera dévoilé qu'à la fin de l'année.

C'est la cinquième série de TGV commandée par la SNCF depuis le début des années 1980, mais "pour moi, c'est la rame la plus innovante depuis la première série" mise en service en 1981, a souligné le patron du TGV, Alain Krakovitch.

"Ce qui va changer c'est la place. On va avoir 20% de places en plus avec la même longueur, mais aussi plus de place par client", a-t-il complété, insistant sur l'aspect adaptable du train.

"On aura un bar ou on n'aura pas de bar, on aura des espaces pour vélos comme on en n'a jamais eu, 16 places sur une rame double. On pourra moduler le train en fonction des marchés, en fonction des clients", s'est enthousiasmé M. Krakovitch.

Le TGV M pourra accueillir jusqu'à 720 passagers - contre 560 actuellement - et "quand on aura les 115 rames, ça permettra de faire circuler plus de trains, avec plus de voyageurs et donc avec des prix plus bas", veut-il croire.

agu/ico/liu