La bourse est fermée

SNCF: pourquoi les cheminots ne sont plus en position de force

1 / 2

SNCF: pourquoi les cheminots ne sont plus en position de force

La transformation en profondeur de la compagnie, voulue par l’exécutif, fait bouillir les différentes organisations. Mais le contexte ne leur est pas vraiment favorable.

L’alignement des planètes dont bénéficie Emmanuel Macron depuis le début de son mandat suffira-t-il à étouffer la contestation des cheminots? Ce sera tout l’enjeu des prochaines semaines, tant la transformation de la SNCF, préconisée par un rapport remis jeudi à Matignon, est un dossier sensible.

Transformation de SNCF réseau et SNCF Mobilités en sociétés anonymes à capitaux publics - "privatisation rampante" selon les syndicats -, fin du sacrosaint statut des cheminots, plans de départs volontaires, fermetures de milliers de kilomètres de lignes…le projet est aussi ambitieux que difficile à avaler par les salariés de la compagnie.

Et même si l’exécutif assure qu’aucune décision n’a encore été prise, la CGT est déjà en ordre de marche pour faire capoter le projet. Avant même le début des discussions, qui débuteront ce lundi entre les syndicats et le gouvernement, la confédération menée par Philippe Martinez a ainsi appelé à une grève nationale le 22 mars prochain. L'Unsa et Sud Rail, les deux autres plus gros syndicats de la SNCF, ne lui ont pas (encore) emboîté le pas mais ont déjà exprimé leur opposition aux mesures contenues dans le rapport.

Autant d’éléments qui semblent conduire vers un énième bras de fer, au sujet d’une réforme sur laquelle différents gouvernements se sont cassés les dents. Toutefois, le spectre des grèves de 1995, durant lesquelles...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi