La bourse ferme dans 6 h 55 min
  • CAC 40

    5 687,15
    -66,67 (-1,16 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 282,65
    -46,00 (-1,38 %)
     
  • Dow Jones

    29 134,99
    -125,82 (-0,43 %)
     
  • EUR/USD

    0,9563
    -0,0035 (-0,36 %)
     
  • Gold future

    1 630,50
    -5,70 (-0,35 %)
     
  • BTC-EUR

    19 602,41
    -1 673,71 (-7,87 %)
     
  • CMC Crypto 200

    428,71
    -30,43 (-6,63 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,99
    -0,51 (-0,65 %)
     
  • DAX

    11 962,42
    -177,26 (-1,46 %)
     
  • FTSE 100

    6 887,72
    -96,87 (-1,39 %)
     
  • Nasdaq

    10 829,50
    +26,58 (+0,25 %)
     
  • S&P 500

    3 647,29
    -7,75 (-0,21 %)
     
  • Nikkei 225

    26 173,98
    -397,89 (-1,50 %)
     
  • HANG SENG

    17 250,88
    -609,43 (-3,41 %)
     
  • GBP/USD

    1,0684
    -0,0047 (-0,43 %)
     

Le gouvernement invite la SNCF à économiser l'énergie, pas à réduire ses circulations

Le gouvernement a demandé à la SNCF de faire des économies d'énergie, mais pas de se préparer à faire circuler moins de trains cet hiver en cas de pénurie d'électricité comme l'affirme Le Parisien, a indiqué dimanche le ministère des Transports.

Le quotidien affirme que la compagnie publique travaille, à la demande de l'exécutif, sur un plan de transport dégradé cet hiver en cas de sévères pénuries d'électricité, "un scénario noir qui ne serait utilisé qu'en ultime recours".

"Le ministère des transports n'a pas demandé de mesure de cette nature à la SNCF", a indiqué le ministère à l'AFP.

Les ministres des Transports Clément Beaune et de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher ont demandé fin juillet à tous les opérateurs de transport de plancher sur un plan de sobriété, comme dans de nombreux autres secteurs, "pour contribuer à la baisse de consommation d'énergie de 10%". Et ceux-ci doivent rendre leur copie mardi matin, a rappelé un porte-parole.

Par ailleurs, les opérateurs tels que la SNCF prévoient "des plans d'urgence et de contingence en cas de grave problème" tel qu'une canicule ou des problèmes d'approvisionnement énergétique, qui peuvent conduire à "des mesures d'ultime recours".

"Mais cela est distinct des mesures de sobriété et ne répond pas à une commande gouvernementale spécifique", a insisté le porte-parole du ministère des Transports.

En prônant la sobriété, le gouvernement encourage "la chasse au gaspillage". "Ce n'est pas demander aux entreprises ou aux services publics de baisser ou cesser leur activité", a-t-elle expliqué.

"L'objectif (...) n'est pas d'arrêter les trains de la SNCF", a confirmé lundi le ministre délégué chargé de l'Industrie Roland Lescure.

"Le nombre de trains, sauf scénario extrêmement adverse (...), dans des cas particuliers où on devrait rationner l'énergie, on aura tous les trains qu'on souhaite, pour, par exemple, partir en vacances à Noël", a-t-il déclaré sur Franceinfo.

Une "fausse bonne idée" serait d'ailleurs de ralentir les TGV pour faire des économies d'énergie car cela perturberait les plans de transport, a aussi remarqué M. Lescure.

"Comme toutes les entreprises, nous travaillons en ce mois de septembre à la demande du gouvernement à un plan de sobriété énergétique", a de son côté indiqué un porte-parole de SNCF Voyageurs.

"Nous travaillons à tous les scénarios dans le cadre de ce plan de sobriété. Aucun n'est privilégié et aucun n'est décidé", a-t-il assuré. "Nous nous adapterons aux demandes du gouvernement comme nous l'avons toujours fait pendant la période Covid".

La SNCF, grande consommatrice d'électricité, a intensifié depuis plusieurs mois ses actions pour diminuer sa consommation d'énergie, par exemple en mettant l'accent sur "l'écoconduite", une technique plus souple de conduite des trains.

Celle-ci permet de réduire jusqu'à 10% la consommation d'énergie "sans réduire (la) vitesse et donc sans pénaliser les voyageurs", a relevé le porte-parole.

liu/uh/bt