La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,20 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1916
    -0,0063 (-0,52 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    42 299,18
    +1 437,13 (+3,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,93
    +39,75 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,28
    +2,45 (+3,84 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,61 (-0,96 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,65 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,51 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3834
    -0,0060 (-0,43 %)
     

La SNCF envisage de plafonner le prix des voyages en TGV

Par LePoint.fr (avec AFP)
·1 min de lecture
« Pour que le groupe aille bien, il faut que le TGV aille mieux », explique le PDG de la SNCF. (Illustration)
« Pour que le groupe aille bien, il faut que le TGV aille mieux », explique le PDG de la SNCF. (Illustration)

Est-ce la fin du principe « plus on réserve tôt, moins le billet est cher » ? La SNCF envisage d'appliquer des prix plafonnés sur ses principaux trajets de TGV, explique France Info. L'idée serait de définir un prix référentiel que la compagnie s'engagerait à ne pas dépasser, même un jour de grand départ, par exemple.

Si l'idée est adoptée par la SNCF, ces prix plafond concerneront tous les TGV, InOui comme Ouigo, mais seulement en seconde classe. Cet été, la SNCF avait déjà baissé les prix sur 4 millions de billets. L'objectif étant de booster la demande. Car la fréquentation des trains a plongé avec la pandémie de Covid-19. Lors du deuxième confinement, les trois quarts des trains TGV et Ouigo sont restés à quai : de quoi creuser le déficit de l'entreprise déjà éprouvée par une année difficile.

Lire aussi SNCF : plan de relance ou plan de sauvetage ?

La crise sanitaire pourrait faire perdre près de 5 milliards d'euros à la SNCF, explique son PDG, Jean-Pierre Farandou. Et « pour que le groupe aille bien, il faut que le TGV aille mieux », explique-t-il à l'Agence France-Presse. « Il faut qu'on retrouve des prix accessibles même au dernier moment » dans les TGV, a-t-il relevé, disant être « assez favorable à une espèce de prix psychologique maximal ».

Les voyages d'affaires en berne

Ce nouveau référentiel, mieux adapté aux pics de la demande, devrait être mis en place dès la fin de l'année prochaine. Une consultation va être lancée auprès des usagers, des associ [...] Lire la suite