Marchés français ouverture 4 h 33 min
  • Dow Jones

    31 176,01
    -12,39 (-0,04 %)
     
  • Nasdaq

    13 530,92
    +73,67 (+0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 646,99
    -109,87 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,2180
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    29 615,50
    -312,26 (-1,04 %)
     
  • BTC-EUR

    24 998,23
    +491,30 (+2,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    601,73
    -78,17 (-11,50 %)
     
  • S&P 500

    3 853,07
    +1,22 (+0,03 %)
     

SNCF: activité partielle longue durée et plan stratégique sur les rails

·2 min de lecture

L'accord d'activité partielle longue durée négociée à la SNCF a été signée par trois syndicats, alors que le PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, a donné ce mercredi le coup d'envoi de son plan stratégique.

L'accord d'activité partielle de longue durée (APLD) négocié à la , déjà signé la semaine dernière par SUD-Rail, a été validé mercredi par la décision de l'Unsa ferroviaire et de la CFDT-Cheminots de signer ce texte, a-t-on appris auprès de ces deux organisations.

Ensemble, ces trois syndicats totalisent plus de 50% de représentativité syndicale (62%), ce qui valide l'accord. La CGT-Cheminots examinait ce dossier mercredi, avant l'annonce de sa décision jeudi, a-t-elle indiqué à l'AFP.

La mise en oeuvre de cet accord "sera limitée dans un premier temps à la seule activité Voyages" (trains Intercités, TGV, Eurostar, Thalys, Lyria), qui débute 2021 "avec une très faible visibilité sur l'évolution de ses trafics", après une année 2020 "particulièrement perturbée", est-il précisé dans l'accord, que l'AFP a consulté.

Frappée par une chute d'activité liée à la crise sanitaire, la SNCF veut recourir "de manière temporaire" au dispositif d'APLD (par lequel l'État verse à l'employeur 60% de la rémunération brute des heures chômées) pour "préserver les emplois" et "compétences" dont elle "aura besoin lors de la reprise", est-il expliqué.

Ces mesures d'APLD pourront être utilisées sur "une durée cumulée de 15 mois" au cours des 18 mois suivant l'entrée en vigueur de l'accord. Le chômage partiel ne pourra dépasser 40% du temps de travail, ou 50% "dans des cas exceptionnels".

La SNCF "s'engage à maintenir à 100% la rémunération fixe de ses salariés sur les heures d'APLD", qui devront être réparties équitablement entre les agents concernés. L'accord contient d'autres engagements de la direction, notamment en matière d'emploi (aucun licenciement économique pour les salariés hors statut de cheminot, maintien de la garantie de l'emploi pour ceux sous statut), d'éléments variables de rémunération, de formation, congés, droits à la retraite ou d'ancienneté.

Plan stratégique

Le PDG de la SNCF a également donné ce mercredi le coup d'envoi de son plan stratégique à dix ans, qui vise à s[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi