La bourse est fermée

La SNCF épinglée pour ses écarts de tarifs

Les TGV de plus en plus chers ? 60 millions de consommateurs a analysé les prix de 2.800 trajets proposés par la SNCF afin d'en tirer un prix moyen des billets sur les différentes grandes lignes. Premier constat : selon les dates choisies, le prix des billets peut facilement s'envoler. Ainsi sur un Aix-en-Provence-Paris, le tarif le plus bas repéré par l'association de consommateurs a été 10 euros, le plus haut atteignait 116 euros. La première réservation effectuée deux mois à l'avance concernait un jour en semaine alors que la seconde, en dernière minute, était sur un week-end.

>> A lire aussi - SNCF : des petites lignes bientôt remises en service ?

Une stratégie totalement assumée par la SNCF. "Les trains à l’Ascension ou à Pâques sont très demandés. Donc, si je ne veux pas être en incapacité de vendre vingt jours avant le départ du train, je vais pratiquer des prix assez chers pour inciter la demande à se reporter sur les jours d'avant ou d'après", explique à BFMTV Frédérique Pasquier, directrice des prix à la SNCF.

Des disparités selon les lignes

Deuxième constat : sur certaines lignes, les prix s'envolent. En tête : Paris-Lyon avec un prix moyen de 71,32 euros, ce qui représente 74% du plafond maximum homologué par l'État (97 euros). La ligne Reims-Paris atteint quant à elle 67% du plafond (44 euros) avec un billet moyen à 29,40 euros. Sur la troisième marche du podium, on retrouve les Grenoble-Paris avec un prix moyen de 68,66 euros, soit 64% du plafond fixé à 108 euros.

>> A lire aussi - L'appli SNCF vend désormais des billets... RATP

À l'inverse certaines lignes s'en sortent beaucoup mieux avec des prix inférieurs à 50% du plafond autorisé. Ainsi, un billet sur la ligne Bordeaux-Paris coûte en moyenne 51,96 euros, soit seulement 47% du plafond (111 euros). Encore mieux pour la ligne Arras-Paris, avec un tarif moyen à 18,42 euros soit 37% du plafond (50 euros), détaille 60 millions de consommateurs.

Si de nombreux usagers se plaignent d'une hausse des tarifs depuis

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le pétrole risque de chuter lourdement, le coronavirus inquiète
Caisses automatiques : accord chez Casino pour former 6.000 salariés à un nouveau métier
Immobilier : ces quartiers où les prix sont encore “décotés” à Paris
Dassault Aviation bat de l’aile, les vents de Rafale attendues en berne en 2020
Le délirant train de vie de la ville de Puteaux