Marchés français ouverture 4 h 58 min
  • Dow Jones

    34 299,33
    -94,42 (-0,27 %)
     
  • Nasdaq

    14 072,86
    -101,29 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    29 358,19
    -83,11 (-0,28 %)
     
  • EUR/USD

    1,2126
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • HANG SENG

    28 547,05
    -91,48 (-0,32 %)
     
  • BTC-EUR

    33 090,20
    -83,79 (-0,25 %)
     
  • CMC Crypto 200

    994,93
    -15,68 (-1,55 %)
     
  • S&P 500

    4 246,59
    -8,56 (-0,20 %)
     

Snapchat dit compter 500 millions d'utilisateurs mensuels

·1 min de lecture

Lentement mais sûrement, le réseau social Snapchat continue sa croissance : il a annoncé jeudi avoir atteint les 500 millions d'utilisateurs mensuels, notamment grâce à une adoption massive de l'application en Inde pendant la pandémie de coronavirus.

40% des usagers sont en dehors de l'Amérique du Nord et de l'Europe

L'inventeur des "stories" éphémères, très populaires chez les ados et jeunes adultes, a vu le nombre d'utilisateurs quotidiens en Inde bondir de 100% sur un an lors des cinq derniers trimestres, a précisé Evan Spiegel, le patron du groupe américain, lors de sa conférence annuelle pour présenter ses nouveautés.

Environ 40% des usagers de Snapchat se trouvent désormais en-dehors de l'Amérique du Nord et de l'Europe, mais ces régions restent cruciales pour l'appli. "Aux Etats-Unis, en France, au Royaume-Uni, en Australie et aux Pays-Bas, Snapchat est devenu une partie indispensable de la vie des gens. L'appli a été adoptée par 90% des 13-24 ans et 75% des 13-34 ans", a détaillé Evan Spiegel.

Facebook reste loin devant

L'audience de l'entreprise entrée en Bourse en 2017 reste loin de celle du géant du secteur, Facebook : quelque 3,45 milliards de personnes se servent d'au moins une de ses quatre plateformes (Facebook, Instagram, Messenger, WhatsApp) tous les mois.

Mais Snapchat séduit de plus en plus d'annonceurs avec ses filtres et outils de "réalité augmentée", qui permettent aux consommateurs d'"essayer" des vêtements ou des accessoires depuis leur salon, en simulati...


Lire la suite sur Europe1