Marchés français ouverture 1 h 48 min
  • Dow Jones

    31 391,52
    -143,99 (-0,46 %)
     
  • Nasdaq

    13 358,79
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nikkei 225

    29 544,32
    +136,15 (+0,46 %)
     
  • EUR/USD

    1,2088
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    29 641,29
    +545,43 (+1,87 %)
     
  • BTC-EUR

    40 842,10
    -26,76 (-0,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    991,31
    +3,21 (+0,32 %)
     
  • S&P 500

    3 870,29
    -31,53 (-0,81 %)
     

Smartphone : une lentille plane révolutionnaire en préparation

Fabrice Auclert, Journaliste
·2 min de lecture

Les fabricants de smartphones ont beau innover chaque année, un élément n’évolue pas depuis près de 15 ans : le capteur photo. Qu’il s’agisse d’Apple, Samsung ou encore Huawei, on s’appuie sur des objectifs classiques, avec un système de lentilles superposées, et les seules évolutions concernent la multiplication des capteurs, et leur puissance passée de deux millions de pixels à… 108 millions !

« Les optiques des smartphones se composent aujourd'hui de quatre à sept lentilles, rappelle Oliver Schindelbeck, responsable de l'innovation chez Zeiss, référence de l’optique, à nos confrères de WiredSi vous avez un seul élément d'objectif, rien que par la physique, vous aurez des aberrations telles que la distorsion ou la dispersion dans l'image. » Mais 2021 pourrait marquer un vrai changement, et c’est la start-up Metalenz qui a décidé de « révolutionner » le marché des capteurs photo pour smartphone.

Des nanostructures corrigent les déformations

Née de recherches à Harvard, la technologie propriétaire s’appuie sur des « métasurfaces optiques », et plutôt que d’empiler des lentilles, une seule suffit ! Comment la start-up Metalenz parvient-elle donc à éviter ce problème ? Au lieu d'utiliser des lentilles en plastique et en verre empilées sur un capteur d'image, cette société utilise une seule lentille construite sur une tranche de verre d'une taille comprise entre 1 x 1 et 3 x 3 millimètres. Au microscope, on distingue des nanostructures en silicium mille fois plus petites qu'un cheveu humain. Ces nanostructures plient les rayons lumineux de façon à corriger de nombreuses lacunes des systèmes de caméra à objectif unique.

La lumière traverse ces nanostructures à motifs, semblables à des millions de cercles avec des diamètres différents au niveau microscopique. « Tout comme une lentille incurvée accélère et ralentit la lumière pour la tordre, chacun d'entre eux nous permet de faire la même chose, afin que nous puissions tordre et façonner la lumière simplement en...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura