Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 346,15
    +35,38 (+0,48 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 418,51
    +36,04 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    36 245,50
    +294,61 (+0,82 %)
     
  • EUR/USD

    1,0885
    -0,0008 (-0,08 %)
     
  • Gold future

    2 091,70
    +34,50 (+1,68 %)
     
  • Bitcoin EUR

    35 603,87
    +171,61 (+0,48 %)
     
  • CMC Crypto 200

    802,76
    +11,20 (+1,41 %)
     
  • Pétrole WTI

    74,38
    -1,58 (-2,08 %)
     
  • DAX

    16 397,52
    +182,09 (+1,12 %)
     
  • FTSE 100

    7 529,35
    +75,60 (+1,01 %)
     
  • Nasdaq

    14 305,03
    +78,81 (+0,55 %)
     
  • S&P 500

    4 594,63
    +26,83 (+0,59 %)
     
  • Nikkei 225

    33 431,51
    -55,38 (-0,17 %)
     
  • HANG SENG

    16 830,30
    -212,58 (-1,25 %)
     
  • GBP/USD

    1,2714
    +0,0086 (+0,68 %)
     

Le Slovaque Robert Fico dit arrêter le soutien militaire à l’Ukraine

Le Premier ministre slovaque Robert Fico.  - Credit:MATEUSZ WLODARCZYK / NurPhoto / NurPhoto via AFP
Le Premier ministre slovaque Robert Fico. - Credit:MATEUSZ WLODARCZYK / NurPhoto / NurPhoto via AFP

Premier coup d'éclat du nouveau Premier ministre slovaque : Robert Fico dit cesser tout soutien militaire à l'Ukraine et ajoute qu'il ne votera aucune sanction sans une analyse d'impact préalable de celle-ci sur la Slovaquie. Cela dit, c'est exactement ce qu'il annonçait durant sa campagne électorale.

Ses déclarations sans équivoque ont été faites devant la commission parlementaire pour les affaires européennes de son parlement, juste avant de rejoindre, ce jeudi 26 octobre, le sommet européen qui se tient à Bruxelles. « En tant que Premier ministre, je soutiendrai l'absence d'aide militaire à l'Ukraine », a-t-il déclaré devant les parlementaires. Il n'y a pas à proprement parler de nouvelles sanctions sur la table mais seulement des mesures visant à éviter le contournement des sanctions déjà prises.

Pour une « cessation immédiate » des hostilités

Ce premier pavé dans la mare va donner du fil à retordre à ses partenaires européens car le Conseil européen devait, au contraire, réaffirmer longuement le soutien des Vingt-Sept à Kiev. Pas moins de 14 paragraphes sur 30 des projets de conclusions du Conseil – que Le Point a pu consulter – sont consacrés à réaffirmer le soutien européen à l'Ukraine, dans un contexte où les tensions au Proche-Orient pourraient laisser accroire que l'UE se détourne de son front est. « Il n'y a aucune fatigue sur l'Ukraine », clamaient en chœur divers diplomates européens à la veille du sommet. De la fatigue non, mais de l'orage dans [...] Lire la suite