La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 648,84
    +480,75 (+1,41 %)
     
  • Nasdaq

    13 653,73
    +111,61 (+0,82 %)
     
  • Nikkei 225

    26 170,30
    -841,03 (-3,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,1152
    -0,0093 (-0,83 %)
     
  • HANG SENG

    23 807,00
    -482,90 (-1,99 %)
     
  • BTC-EUR

    32 793,75
    -1 679,61 (-4,87 %)
     
  • CMC Crypto 200

    838,93
    +19,43 (+2,37 %)
     
  • S&P 500

    4 403,34
    +53,41 (+1,23 %)
     

Ski freestyle - CM - Kevin Rolland, sur son retour en Coupe du monde : « J'ai toujours mes yeux d'enfant »

·3 min de lecture

À Copper Mountain, aux États-Unis, à partir de ce mercredi, le médaillé de bronze des JO de Sotchi Kevin Rolland va enfiler un dossard en Coupe du monde de halfpipe pour la première fois depuis février 2019. Le skieur de 32 ans veut retrouver « une routine de compétiteur » avant les JO en février prochain.

« Comment vous vous sentez avant d'aborder cette première Coupe du monde de la saison, et votre première depuis février 2019 (qualifications ce mercredi, finale vendredi) ?
Je suis assez excité (sourire). Ça fait deux ans et demi que j'attends de pouvoir vraiment enchaîner les compétitions. L'année dernière, on m'a un peu coupé l'herbe sous le pied. Il y a eu juste une compétition, les Championnats du monde, au moment de la naissance de mon fils encore une fois (il est né quelques semaines après) donc c'était un peu particulier. Là, je sais que je vais être sur un rythme de quatre compétitions (les Coupes du monde et le Dew Tour) qui vont se suivre. Je vais rerentrer dans une routine de compétiteur et c'est ce que j'ai besoin pour retrouver le niveau.

Il vous manque encore quelques séances de ski ?
Cet automne, mes entraînements se sont un peu écourtés car j'ai eu une petite chute qui m'a empêché de skier autant que je le voulais. Je vais arriver sur les premières compétitions avec le besoin de faire de la quantité de ski. Copper, ça va être un entraînement « plus plus ».

lire aussi
Passé près de la mort, Rolland raconte son accident et sa rééducation dans son film « Résilience »

Vous vous êtes fixés quel objectif ? Un run en particulier ?
Honnêtement, l'objectif est que je me sente bien sur les skis, à l'aise en l'air, que j'ai pas de douleur dans mon corps, que je sois capable d'enchaîner les runs. Ce que je n'ai pas fait depuis... j'ai fait un run en deux ans, c'était le run aux Championnats du monde, ça fait pas beaucoup (rires). Ce sera déjà une réussite si je pose bien mes runs.

C'est votre première saison complète depuis votre accident et depuis que vous êtes papa. Est-ce que ça change quelque chose dans votre manière de voir la saison ?
(Il réfléchit). Je ne crois pas, je vous le dirai à la fin de la saison. J'ai toujours mes yeux d'enfant, je suis super content excité (sourire). J'ai envie d'aller me mesurer aux autres. Et je suis pressé de retrouver la compétition pour de vrai, et pas que sur une étape. Les Championnats du monde (en 2021, finaliste), on m'a annoncé une semaine avant qu'ils allaient avoir lieu. C'était compliqué... »

lire aussi
Kevin Rolland le revenant

C'est aussi la première fois que vous partez en famille au moment d'enchaîner les compétitions à l'étranger...
La dernière fois que je suis parti dans le Colorado à Copper (Mountain, aux États-Unis), pour une Coupe du monde de début de saison, j'avais pas d'enfant.. Là, j'en ai deux.. c'est sûr que ça change mais c'est aussi le côté pratique. Ma chérie a la binationalité américaine, sa mère habite là-bas. Je vais donc déposer la famille à Los Angeles, faire toutes les compétitions en Amérique et au Canada avec comme point de transition la famille, Los Angeles. ça va être agréable. Ce sera plus facile que rentrer en France. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles