Marchés français ouverture 7 h 42 min
  • Dow Jones

    34 269,16
    -473,66 (-1,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 389,43
    -12,43 (-0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    28 608,59
    -909,71 (-3,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,2149
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    28 013,81
    -581,89 (-2,03 %)
     
  • BTC-EUR

    46 394,12
    +24,41 (+0,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 513,93
    +1 271,26 (+523,84 %)
     
  • S&P 500

    4 152,10
    -36,33 (-0,87 %)
     

"La situation va mal se terminer" : des résidents du Val-de-Marne excédés par les livreurs Uber Eats

·1 min de lecture

La situation devient de plus en plus tendue. À en croire nos confrères du Parisien, la présence des livreurs Uber Eats à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) tourne au cauchemar pour des riverains. Chaque jour, ils voient s'attrouper en bas de leurs fenêtres des dizaines de jeunes, en moto principalement, qui se réunissent et attendent les commandes d'un des leaders de la livraison à emporter. D'après nos confrères, ils se retrouvent le plus souvent dans l'allée de la Gare, lieu idéal pour se réunir puisqu'elle se situe à un carrefour stratégique près des restaurants de la commune.

Un attroupement et des nuisances qui ont conduit à la formation d'un collectif de résidents en colère, qui alerte déjà : "la situation va mal se terminer". Ils dénoncent des nuisances dans un premier temps, mais également le danger auquel ils doivent faire face tous les jours. Un propriétaire témoigne auprès du Parisien : "Ils urinent, ils crachent, ils jettent leurs détritus et ils sont dans la provocation". Des nuisances accompagnées d'intimidations : "Il n'y a pas une seule fois où je ne reçois pas de remarques. Je ne viens plus chez ma belle-mère parce que j'ai peur en journée (…) ils me regardent comme de la viande", déplore une jeune femme. De la saleté, des menaces, mais également du bruit puisque les livreurs roulent "à toute vitesse" avec leurs scooters, témoigne une autre habitante auprès du Parisien. Sans compter le fait que la plupart n'ont pas de masques.

>> A lire aussi - Une crêperie part (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

HSBC se sépare de ses agences françaises pour un milliard d'euros
Réduction du capital social : pourquoi et comment le réduire ?
General Electric : les actionnaires opposés aux rémunérations de la direction
Le masque de sport de Decathlon bientôt en vente
Le pape pointe du doigt les marchés financiers