La bourse ferme dans 7 h 16 min
  • CAC 40

    6 395,88
    +28,53 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 030,79
    +23,95 (+0,60 %)
     
  • Dow Jones

    34 327,79
    -54,34 (-0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,2206
    +0,0049 (+0,40 %)
     
  • Gold future

    1 870,60
    +3,00 (+0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    37 153,64
    +117,98 (+0,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 258,58
    +60,67 (+5,06 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,78
    +0,51 (+0,77 %)
     
  • DAX

    15 474,16
    +77,54 (+0,50 %)
     
  • FTSE 100

    7 068,69
    +35,84 (+0,51 %)
     
  • Nasdaq

    13 379,05
    -50,93 (-0,38 %)
     
  • S&P 500

    4 163,29
    -10,56 (-0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    28 406,84
    +582,01 (+2,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 573,86
    +379,77 (+1,35 %)
     
  • GBP/USD

    1,4198
    +0,0060 (+0,43 %)
     

La situation financière critique de la SNCF

·1 min de lecture

C’est une nouvelle pierre dans le jardin d’une SNCF déjà bien malmenée par la crise du Covid, selon un rapport de la Cour des comptes, elle n’aurait tout simplement plus les moyens d’entretenir ses gares.

Chaque année la SNCF doit investir un milliard d’euros pour assurer la modernisation de ses 3.000 gares. Or la Cour des comptes révèlent que sa filiale Gare et Connexion ne dispose que de 400 millions de capacité d’autofinancement par an, les magistrats parlent même "d’impasse financière". Alors, soit la SNCF emprunte de l’argent pour compenser la différence entre ses besoins et ses moyens et maintenir son programme d’investissement, soit elle renonce en partie à des projets, et c’est ce qu’elle a choisi de faire.

Si les travaux dans les grandes gares parisiennes notamment la Gare du Nord sont maintenus parce que trop chers à arrêter maintenant, ce ne sera pas le cas dans de plus petites gares ou plusieurs chantiers de rénovation vont être repoussés en attendant des jours meilleurs.

Est-ce qu’elle peut espérer un jour retrouver les moyens d’entretenir ce patrimoine ?

Rien n’est moins sûr. ce problème des gares c’est en fait le symptôme d’une crise beaucoup plus grave, l’état financier de l’entreprise est aujourd’hui très critique, elle a perdu l’an dernier 3 milliards d’euros malgré une recapitalisation de 4 milliards de l’Etat. La crise du Covid l’a littéralement mise à genou avec un effondrement du trafic. Le TGV a pour instant perdu deux tiers de ses voyageurs or c’est la ...


Lire la suite sur Europe1